ASSE : Puel, cette recrue estivale se rappelle à son bon souvenir

L'ASSE s'est imposée 3-2 à Nantes dimanche après-midi
Par Nicolas Gauthier
Publié le 12 novembre 2019 à 18:05 | mis à jour le 12 novembre 2019 à 18:05
Résultats

Aussi irréel que cela puisse paraître, l'ASSE est quatrième de Ligue 1 après treize journées de Championnat. Métamorphosés depuis l'arrivée de Claude Puel, les Stéphanois enchaînent les victoires et les recrues commencent petit à petit à trouver leurs marques, à l'image de ce défenseur...

Puel ne semblait pas lui faire confiance depuis son arrivée à l'ASSE

Quatre victoires et trois matches nuls : le bilan de Claude Puel depuis son arrivée sur le banc de l'ASSE est plus que bon. Débarqué dans le Forez afin de redonner de la confiance à des joueurs qui semblaient au fond du trou, l'ancien coach de Leicester a remis les têtes à l'endroit à une vitesse grand V.

Quatrième de Ligue 1 à un petit point de la deuxième place occupée par l'OM, Saint-Etienne est redevenu un candidat à l'Europe en cinq semaines et a redonné le sourire à ses supporters.

Tous les joueurs de l'équipe semblent totalement adhérer aux méthodes prônées par Claude Puel, même ceux qui ont moins de temps de jeu, à l'image du Péruvien Miguel Trauco, qui n'avait joué que 14 minutes lors des cinq derniers matches disputés par l'ASSE mais qui était titulaire à Nantes dimanche après-midi.

Buteur et passeur décisif à l'occasion de la victoire 3 buts à 2 à la Beaujoire, le latéral gauche de 27 ans a réussi son meilleur match sous ses nouvelles couleurs stéphanoises. Il espère désormais que sa prestation lui permettra d'enchaîner les matches, comme il l' a confié à France Bleu.

"Je me sens mieux dans l'équipe et ça fait du bien de marquer. Cela permet de me rappeler au bon souvenir de tout le monde, et de savoir qu'on peut compter sur moi. Je veux rester à l'AS Saint-Étienne. Je sais que j'ai encore des choses à régler dans mon jeu, et des progrès à faire. Et je travaille pour ça."

Reste à savoir si sa très belle prestation sera suffisante pour bouleverser la hiérarchie et ainsi passer devant Gabriel Silva - voire Denis Bouanga - dans l'esprit de Claude Puel.

Facebook
Twitter
email
Whatsapp