Stade rennais Mercato : Létang pense aussi à Giroud, mais…

Olivier Giroud visé par le Stade rennais. Publié le 13 janvier 2020 à 12:40

Sur le départ de Chelsea, Olivier Giroud n’est pas uniquement courtisé par l’OM ou l’Olympique Lyonnais. Le président Olivier Létang songerait également à attirer le buteur français au Stade rennais. Mais ce dossier s’annonce très compliqué pour les Bretons.

Olivier Giroud, la surprise du Stade rennais ?

Olivier Giroud, en difficulté à Chelsea depuis l’entame de la saison, est proche de la sortie. Depuis le début de cette saison 2019/2020, l’international français n’a disputé que cinq rencontres en Premier League. Un faible temps de jeu qui le pousse un peu plus vers un départ du club londonien.

Olivier Giroud, n’étant pas satisfait de son temps de jeu sous les ordres de Franck Lampard, a récemment laissé entendre qu’il pourrait partir durant ce mercato hivernal. Son ambition est de retrouver du temps en cette deuxième partie de saison. Et plusieurs clubs européens sont prêts à lui accorder cette opportunité.

À six mois de la fin de son contrat, le joueur de 33 ans pourrait faire son retour en France, où plusieurs clubs de Ligue 1 se bousculent déjà pour tenter d’arracher sa signature. En quête de renfort offensif, l’ OM et l’OL songeraient à le recruter. Le Stade rennais s’est également immiscé dans le dossier.

Ouest France révèle dans son article du jour que le président Olivier Létang songerait à s’offrir les services de l’attaquant de Chelsea. Les dirigeants rennais étudieraient la possibilité de le faire venir en Bretagne dès cet hiver. Sauf qu’un détail et non des moindres bloque ce deal.

Des exigences salariales trop élevées pour le Stade rennais

En effet, le Stade rennais se retrouve confronté à un obstacle majeur dans ce dossier : le salaire d’Olivier Giroud. Le joueur perçoit environ 5,7 millions d’euros par an. On imagine mal que le club rennais accepte de lui verser une rémunération de cet ordre. Par conséquent, les dirigeants rennais préfèrent se tourner vers d'autres pistes offensives.

Par Timothée Jean

Facebook
Twitter
email
Whatsapp