Stade Rennais : Létang, son avenir… Stéphan fait des confidences

Entraineur du Stade Rennais, Julien Stéphan s'exprime sur le dossier Olivier Létang Publié par Timothée Jean le 10 février 2020 à 16:55

Julien Stéphan était en conférence de presse ce lundi. L’occasion pour l’entraineur du Stade Rennais de s’exprimer sur le départ d’Olivier Létang et de faire quelques confidences sur son avenir.

Les vérités de Julien Stéphan sur le dossier Olivier Létang

Depuis le vendredi dernier, Olivier Létang n’est plus le président du Stade Rennais. Il a été démis de ses fonctions par l’actionnaire du club, François Pinault. Une décision inattendue dont les raisons sont diverses et variées. Selon la presse locale, la raison principale du licenciement d’Olivier Létang serait ses relations tendues avec Julien Stéphan. La communication quasi inexistante entre les deux hommes depuis l’été dernier aurait pesé dans la balance.

Une hypothèse vite démentie par l’entraineur rennais. « Je ne veux surtout pas qu’on me prête plus de pouvoir que j’en ai », a lancé Julien Stéphan devant la presse. Le patron du banc breton a expliqué qu’il n’a pas eu d’influence sur le départ de l’ex-président du SRFC. Il regrette surtout de lire « des choses qui sont quasiment fausses ». Pour Julien Stéphan, « il y a des contre-vérités » sur ce dossier. « C’est ce qui me dérange un peu », a-t-il confié.

Un ultimatum lancé à Julien Stéphan

Toutefois, Julien Stéphan fait fi des rumeurs et préfère s’occuper de l’équipe rennaise. Il se « concentre » sur les objectifs du club rennais, dont une qualification pour la prochaine Ligue des Champions. Poursuivant, le tacticien français a rappelé qu’il connaissait très bien les exigences du Stade Rennais et qu’une mauvaise passe pouvait lui être fatale à tout moment.

Julien Stéphan s’est même confié sur une période où son avenir sur le banc du Stade Rennais était clairement menacé. L’homme de 39 ans avait alors reçu un ultimatum de la part de sa direction pour redresser la barre le plus vite possible. « J’ai récupéré l'équipe en quatorzième position à quatre points du barragiste en décembre 2018 (…) J’avais trois matches pour sauver mon poste et je voyais des noms fleurir dans la presse pour venir me remplacer », a-t-il fait remarquer.

Il est finalement parvenu à remettre l’équipe rennaise sur les rails et sait désormais que « la pression est inhérente au métier. Il faut l'accepter et vivre avec ». Après le match nul et vierge (0-0) face au Stade Brestois, le Stade Rennais devra vite renouer avec le succès. Les Bretons affrontent demain mardi (20h 55) l’ASM Belfort en quart de finale de la Coupe de France.

Afficher les commentaires