LOSC : Renato Sanches a vécu l'enfer à Swansea en Angleterre !

Renato Sanches se sent bien au LOSC Publié par Nicolas le 22 février 2020 à 09:59

Moins d'une semaine après l'énorme désillusion vécue contre l'Olympique de Marseille, le LOSC a rendez-vous avec la lanterne rouge toulousaine ce samedi soir. Un match que le talentueux Renato Sanches devrait logiquement débuter...

Renato Sanches : "On m'a forcé à aller à Swansea"

Il est l'un des fers de lance du LOSC cette saison. Arrivé en provenance du Bayern Munich pour 20 millions d'euros cet été, Renato Sanches s'est imposé en quelques mois comme étant l'un des meilleurs joueurs de Ligue 1.

Très costaud physiquement et doté d'une technique de très haut niveau, le champion d'Europe 2016 avec le Portugal régale les observateurs du Championnat de France et les supporters nordistes. Il est devenu un joueur incontournable du système de Christophe Galtier.

Tout n'a pourtant pas été rose en début de saison pour le jeune milieu de terrain de 22 ans, qui peinait à retrouver son meilleur niveau après avoir passé des dernières années extrêmement compliquées au Bayern Munich et surtout à Swansea, club dans lequel il avait été prêté contre son gré lors de l'exercice 2017-2018.

"Ce n'était pas mon choix d'aller à Swansea. On m'a forcé à aller là-bas. Je ne voulais pas y aller. J'ai du respect pour le club, les joueurs, tous les gens que j'y ai croisés. J'ai apprécié leur humilité. Ils m'ont tout donné mais je n'avais pas envie d'être là. Le moment le plus difficile ? Quand j'ai été blessé (il n'avait pas joué de janvier à avril en 2018 en raison d'une blessure aux ischio-jambiers, ndlr). Je ne pouvais pas m'entraîner. Ça a été la descente, tu ne sens plus la motivation. J'ai une force en moi et, à l'époque, je ne ressentais plus cette force", a déclaré le Golden Boy 2016 - meilleur joueur de moins de 21 ans - dans une longue interview donnée à L'Equipe.

Prêt à devenir l'un des meilleurs joueurs du monde, ce à quoi il était prédestiné après son explosion au Benfica Lisbonne, Renato Sanches prévient : "C'est mon heure, celle de la revanche".