Bordeaux Mercato : Benrahou à Nîmes, Sousa doit regretter

Yassine Benrahou a quitté Bordeaux cet hiver pour rejoindre Nîmes Olymipique. Publié le 25 février 2020 à 10:46

Remplaçant chez les Girondins de Bordeaux, Yassine Benrahou a quitté le club bordelais cet hiver pour rejoindre Nîmes Olymipique. Et les dirigeants bordelais doivent sans doute se mordre les doigts en constatant les débuts réussis du milieu offensif chez les Crocos.

Yassine Benrahou peut laisser des regrets à Bordeaux

Yassine Benrahou n’est jamais parvenu à s’imposer chez les Girondins de Bordeaux. Le milieu offensif a vécu une première partie de saison difficile chez les Marines et Bleus. Il n’entrait pas dans les plans de Paulo Sousa qui lui préférait d’autres joueurs pour évoluer derrière l’attaquant (De Préville, Hwang ou encore Yacine Adli).

En manque de temps de jeu sous les ordres de Paulo Sousa, Yassine Benrahou a alors décidé de changer d’air durant le dernier mercato hivernal. Le joueur de 21 ans a en effet quitté les Girondins de Bordeaux en prêt avec option d’achat pour s’engager avec Nîmes Olympique. Un choix payant, puisque le Franco-marocain a retrouvé du temps de jeu sous ses nouvelles couleurs.

Apparu à sept reprises (deux buts et une passe décisive) avec Nîmes Olympique, Yassine Benrahou a relancé sa carrière en Ligue 1. Il enchaine de belles prestations avec le club audois, qui lutte pour le maintien. Et comme le rapporte Ibrahim Thiam, les Girondins de Bordeaux peuvent avoir quelques regrets concernant ce dossier. Le club bordelais peut regretter de ne pas être parvenu à mettre en valeur le milieu offensif.

« Un joueur comme Benrahou, je me demande comment les Bordelais ont pu le laisser partir en prêt alors qu'il est meilleur que certains joueurs qui jouent à Bordeaux », s’interroge le journaliste de beIN SPORTS. « On n’y va pas à reculons à Nîmes surtout quand on a la chance de jouer, c'est un club qui a une âme », a-t-il ajouté.

Reste à savoir si les dirigeants nîmois décideront de lever l’option d’achat du Bordelais. Nous le saurons dans les semaines à venir.

Par Timothée Jean

Facebook
Twitter
email
Whatsapp