ASSE : Saint-Étienne perd le derby, Romeyer et Caïazzo accusés

Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, les deux présidents de l' ASSE. Publié par ALEXIS le 02 mars 2020 à 17:50

L’ ASSE a perdu le derby contre l’ OL (2-0) et est toujours 16e de Ligue 1, à 2 points de la zone rouge. Les présidents Roland Romeyer et Bernard Caïazzo sont du coup pointés du doigt.

ASSE : les choix de Romeyer et Caïazzo pointés

Battue (2-0) par OL dans le 120e derby, l’ ASSE est toujours menacée de relégation, après 27 journées de Championnat. L’équipe de Claude Puel compte 29 points, soit deux de plus que le Dijon FCO (17e) et le barragiste, le Nîmes Olympique (18e).

L’AS Saint-Étienne n’a pas gagné un seul de ses 6 derniers matchs en championnat. Plus précisément, elle a enregistré 5 défaites et un nul. Dès lors, le club ligérien est en pleine crise. Selon Bernard Lions, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo sont les premiers responsables de la situation difficile des Verts.

Le journaliste de L’Équipe pointe ouvertement la gestion des deux présidents de l’ ASSE. Ils sont accusés pour leur mauvais choix concernant les entraineurs. « Il faut aussi se poser la question des choix des dirigeants. Ils ont géré l’après-Christophe Galtier de manière incroyable en prenant des entraineurs dont le profil est totalement différent. Oscar Garcia qui ne connaissait pas la Ligue 1, Julien Sablé qui était inexpérimenté », a-t-il rappelé sur la chaîne de son média.

Selon Bernard Lions, Jean-Louis Gasset et son adjoint d’alors Ghislain Printant « étaient paternalistes », contrairement à « Claude Puel qui est rigide et pas forcément adapté à l’effectif » de Saint-Étienne. D’après le confrère, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo« ont fait tout et n’importe quoi en matière de management ».

Claude Puel aussi responsable des mauvais résultats de l' ASSE

Nommé entraineur à la place de Ghislain Printant le 4 octobre 2019 avant le derby aller contre l’ OL, Claude Puel cumule également la fonction de manager général de l’ ASSE. À la question de savoir si ce dernier est « le principal responsable de la situation des Verts, Bernard Lions a répondu : « non, mais il a une responsabilité objective, forcément ».

« Les Stéphanois étaient derniers (19es, ndlr) de Ligue 1 quand il a repris l’équipe et après le match retour contre Lyon, ils sont 16es à deux points de la zone de relégation. Cela veut dire qu’en cinq mois, il n’y a pas grand-chose qui a changé entre Claude Puel et Ghislain Printant », a fait remarquer le chroniqueur, dans des propos relayés par Foot01.

Afficher les commentaires