FC Nantes : Ligue 1, Christian Gourcuff pointe une aberration

Christian Gourcuff se sent lésé par l'arrêt du championnat

Après l’arrêt du championnat, un bon nombre de dirigeants se sentent lésés, c’est notamment le cas de Christian Gourcuff, coach du FC Nantes, qui estime la décision de la LFP inacceptable.

Christian Gourcuff se sent lésé

Suite à l’arrêt du championnat, le FC Nantes a terminé à la 13ème place du classement. Cette décision suscite de nombreuses réactions chaque jour notamment de la part des dirigeants des clubs non-avantagés par ce classement final. Si Jean-Michel Aulas et Bernard Joannin militent pour une reprise du championnat, ce n’est pas le cas de tout le monde, notamment Jean-Pierre Rivière, président de l’OGC Nice, qui juge la proposition des deux dirigeants inconcevable.

C’est aujourd’hui au tour de Christian Gourcuff de rentrer dans ce débat. Le coach du FC Nantes partage l’avis des présidents lyonnais et amiénois et considère que le championnat aurait dû reprendre. Dans une interview publiée sur le site officiel du FC Nantes, le tacticien français revient sur ce qu’il considère comme « une aberration » :

« Personnellement, c’est une aberration totale de ne pas avoir été au bout de l’exercice en cours. Soit on pouvait reprendre, soit, comme j’avais pu le dire assez vite, on pouvait achever la saison à l’automne pour repartir sur un championnat basé sur l’année civile. L’opportunité nous était donnée de le faire, mais ça posait sûrement des problèmes et il fallait prendre beaucoup de recul. Je me mets à la place des Amiénois par exemple. Ils sont totalement lésés par une telle décision. Sportivement, prendre en compte un championnat qui n’a pas pu aboutir, ce n’est pas admissible. Nous aussi, dans une autre mesure, on se sent un peu lésé, notamment en ce qui concerne les droits télévisuels. »

Christian Gourcuff n’en reste pas là, et en profite également pour glisser une petite attaque aux hautes instances : « Je pense également que chacun a vu ses intérêts dans la prise des décisions et dans ce cas précis, les instances n’ont pas joué leur rôle. Elles se doivent d’avoir une certaine hauteur de vue qu’elles n’ont pas eu. »

Des propos qui plairont à Jean-Michel Aulas et Bernard Joannin qui voient de plus en plus de monde se rallier à leur cause.


Par Hugo
Publié le 14 mai 2020 à 10:00 | mis à jour le 14 mai 2020 à 10:00

Facebook
Twitter
email
Whatsapp