Montpellier HSC : Le docteur durcit les mesures sanitaires

Le Montpellier HSC met en place un protocole sanitaire très élaboré contre le Covid-19

Malgré le fait que le Covid-19 ne soit pas totalement maîtrisé, le Montpellier HSC reprendra l’entraînement le 22 juin. Toujours vigilant face à la maladie, le docteur René Raimondi a décidé de mettre en place un protocole très poussé pour la sécurité sanitaire des joueurs.

Montpellier HSC : René Raimondi toujours vigilant face au Covid-19

Au Montpellier HSC, les regards sont déjà tournés vers la saison prochaine, comme le président Laurent Nicollin l’a régulièrement expliqué. Les Montpelliérains ont donc décidé de reprendre l’entraînement le 22 juin. A cette date, le Covid-19 n’aura pas encore totalement disparu, et le docteur René Raimondi le sait. Pour le président de la commission médicale du Montpellier HSC, pas question de baisser la garde. Interrogé par L’Equipe, le patron du staff médical des Montpelliérains a expliqué qu’au cours « des examens et interrogatoires bihebdomdaires, il est assez facile pour les médecins de club de détecter les joueurs symptomatiques porteurs de ce virus ». Mais le dépistage devient un peu plus compliqué quand il s’agit « de détecter dans une population à priori asymptomatique, s’il y a parmi les joueurs des porteurs dits saints ». René Raimondi ne veut donc pas baisser la garde aussi longtemps que le Covid-19 sera une menace pour les joueurs.

Des mesures sanitaires très élaborées pour les Héraultais

Pour prévenir la maladie parmi les joueurs, les joueuses et les membres du staff technique au Montpellier HSC, René Raimondi a donc décidé de leur faire passer « le test PCR ainsi qu’un test sérologique » le jour de la reprise de l’entraînement. L’homme de santé souhaite « aussi pouvoir pratiquer un test salivaire », car son « avantage est qu’il sera moins cher et moins traumatisant ». Toujours dressé contre le Covid-19, le patron des médecins du Montpellier HSC envisage également de « faire un test PCR et un test salivaire par semaine pendant 3 semaines et à partir de la quatrième semaine, ne faire que des tests salivaires, qui seront plus facilement acceptés par les joueurs et les joueuses ». Et ce n’est pas tout, car il y aura aussi « un serodiagnostic tous les deux à trois semaines pour une sécurité supplémentaire » et « un bilan de santé quotidien ».




Par JOËL
Publié le 03 juin 2020 à 14:06 | mis à jour le 03 juin 2020 à 14:06

Facebook
Twitter
email
Whatsapp
Joueurs et Clubs