Bordeaux : Affaire Naoufel Khacef, Eduardo Macia se dédouane

Eduardo Macia agacé par les plaintes à son encontre Publié le 18 juin 2020 à 14:15

Eduardo Macia est visé par une plainte dans le cadre du recrutement de l’Algérien Naoufel Khacef. Le directeur sportif des Girondins est accusé d’« escroquerie » et d’« exercice illégal de la profession d’agent sportif ». Des accusations qui agacent le dirigeant bordelais.

Eduardo Macia agacé par la plainte à son encontre

Les temps sont durs pour Eduardo Macia. Le directeur sportif des Girondins de Bordeaux fait l’objet d’une plainte concernant le recrutement de Naoufel Khacef. Mehdi Aït Ahmed, qui se présente comme l’agent du défenseur algérien, accuse le dirigeant espagnol d’« escroquerie en bande organisée » et d’« exercice illégal de la profession d’agent sportif ». Des accusations dont se défendrait le concerné comme le souligne Sud Ouest. « En privé, Eduardo Macia se dit lassé des attaques et se défend de tout rôle dans le conflit Naoufel Khacef », écrit le journal régional. Jusqu’ici le dirigeant bordelais n’a pas fait de sortie officielle depuis le dépôt de la plainte à son encontre. Idem pour les Girondins de Bordeaux.

Macia lâché par les Girondins ?

Aux dernières nouvelles, Eduardo Macia afficherait des désaccords avec sa direction, notamment en ce qui concerne le mercato. France Football révélait récemment que le directeur sportif des Girondins aurait « reçu l’ordre de vendre des joueurs sans avoir de budget pour renforcer l'équipe ». Chose avec laquelle il serait en désaccord. Le club au scapulaire devrait donc tenter de recruter des joueurs libres comme aux derniers mercatos (Benito, Kwateng, Mexer, etc.). Dans le cadre du transfert de Khacef, il faut noter que ce n’est pas le club qui est visé. Dans sa plainte, Mehdi Aït Ahmed accuse Eduardo Macia de l’avoir écarté au profit de sa compatriote Raquel Herraiz Del Morral. L’agent estime avoir perdu près de 100 000 euros dans cette affaire sans avoir reçu le moindre kopeck. Il entend donc obtenir réparation au tribunal.





Par Ange A.

Facebook
Twitter
email
Whatsapp