RC Lens Mercato : Offre du Racing Club pour Azor Matusiwa

Azor Matusiwa, milieu défensif du FC Groningue visé par le RC Lens Publié le 20 juin 2020 à 17:36

Cible du RC Lens, Azor Matusiwa se bat pour quitter le FC Groningue où il ne s’entend plus avec les dirigeants. Le Racing Club aurait profité de cette situation pour faire une offre.

Le RC Lens met 3 M€ sur la table pour Azor Matusiwa

Azor Matusiwa, cible du RC Lens, veut quitter le FC Groningue cet été, mais les dirigeants du club ne veulent pas le laisser partir. Il a pourtant des propositions. Dans ses propos relayés par lensois.com, le milieu de terrain avait laissé entendre qu’un club français intéressé par ses services « fait beaucoup en ce moment pour le récupérer ». S’agit-il du RC Lens ? Possible, car selon les indiscrétions de Manu Lonjon, le club promu en Ligue 1 a transmis une offre estimée à 3 M€ aux responsables des Fermiers, en vue d'un transfert du natif d'Hilversum. Contrairement aux affirmations de Mark-Jan Fledderus, directeur sportif du FC Groningue, les rapports entre Azor Matusiwa et le club ne se sont pas améliorés. A en croire, le journaliste, le dirigeant a en effet confié à la presse néerlandaise « avoir eu une entrevue très positive avec la cible du RC Lens et que tout allait bien ». Faux, selon le clan du joueur de 22 ans, pour qui « rien ne va plus » avec la direction.

Azor Matusiwa fait tout pour quitter le FC Groningue

La semaine dernière, le milieu défensif avait déclaré qu’il « est très déçu » de l’attitude du club avec lequel il est désormais « diamétralement opposés ». Azor Matusiwa avait déploré le non respect de ''certains accords conclus'' lors de sa signature avec le FC Groningue en juin 2019. Le jeune néerlandais est lié aux à L'Armée verte et blanche jusqu'en juin 2023 et sa valeur est estimée à 1 M€. La saison dernière (arrêtée définitivement en avril), il avait été titulaire 23 fois, en autant d’apparitions en championnat. C'est donc un crack que le RC Lens veut recruter pour se renforcer cet été, après Corentin Jean et Jonathan Clauss.





Par ALEXIS

Facebook
Twitter
email
Whatsapp