LOSC : Ligue 1, Christophe Galtier mécontent des reports

Christophe Galtier n’apprécie pas les reports de matches Publié le 20 août 2020 à 19:00

Plusieurs matches de la première journée de Ligue 1 sont reportés à cause de la Covid-19 ou d’un calendrier européen trop chargé. Des reports qui ne sont pas du goût de l’entraîneur du LOSC, Christophe Galtier. Il accuse les responsables de la LFP de minimiser les clubs français sur le plan européen et craint un calendrier trop chargé.

C1 : les représentants français minimisés par la LFP

Initialement prévus ce week-end, les matches du PSG et de l’OL, pour la première journée de Ligue 1, ont été reportés en septembre en raison de la qualification de ces deux clubs en demi-finales de la Ligue des champions. Pour Christophe Galtier, avoir attendu que ces deux équipes se qualifient pour les demi-finales de la compétition européenne avant de reporter leurs matches respectifs est la preuve que la LFP ne les croyait pas capables d’atteindre ce stade de la compétition. «  Déjà que les rencontres de Lyon et Paris aient été reportées [à cause de la Ligue des Champions, ndlr], cela veut dire que personne ne les imaginait capable de jouer les demi-finales. Nous, on participe mais on n'a pas le droit de gagner...  », s’est plaint l’entraîneur du LOSC ce jeudi en conférence de presse.

Christophe Galtier inquiet pour la suite du calendrier

Le match d'ouverture de la première journée de Ligue 1, OM-Montpellier HSC, initialement prévu demain vendredi, a été reporté au 17 septembre en raison de 4 cas de Covid-19 signalés au sein des joueurs marseillais. D’autres reports pourraient être actés. Christophe Galtier estime que «  ces risques de reports [à cause de la Covid-19, ndlr] sont un mauvais signal envoyé dès la première journée  » de Ligue 1. Le patron du banc de Lille OSC a ensuite rappelé que la France «  a été l'une des rares ligues d'Europe à avoir arrêté le dernier championnat et [...] redémarre celui-là avec déjà des matches reportés  ». Des reports qui, selon Christophe Galtier, auront forcément «  une incidence sur les résultats et sur les effectifs  ».





Par JOËL