Stade de Reims : la grande histoire du club en Coupe d'Europe

Stade de Reims de nouveau en Europa League Publié le 24 septembre 2020 à 17:33

Le Stade de Reims affronte ce jeudi le club hongrois de MOL Fehérvár FC, lors du troisième tour préliminaire de Ligue Europa. L'occasion pour le club champenois de renouer avec son glorieux passé, qui a marqué l'histoire du football français. Le Stade de Reims attendait ça depuis 57 ans. Monument du football français, le club champenois n'avait plus connu la Coupe d'Europe depuis 1962. Cette année, à la faveur d'une valeureuse sixième place en Ligue 1 et d'un championnat amputé de 10 journées à cause de l'épidémie de coronavirus, le Stade de Reims a obtenu son ticket pour le second tour préliminaire de Ligue Europa. Après s'être débarrassé du club genevois de Servette la semaine dernière (1-0), les hommes de David Guillon se déplacent ce jeudi en Hongrie pour défier le MOL Fehérvár FC. Un succès lors de ce match les propulseraient en barrages, dernière étape avant d'atteindre la phase de poules. Ce début d'épopée permet de dépoussiérer un peu les vieux trophées. À son apogée, le Stade de Reims a construit, entre 1948 et 1962, un palmares riche de six Championnats de France et deux Coupes de France. Habitué aux grandes soirées européennes, le club était finalement rentré dans le rang au milieu des années 60, après un dernier quart de finale de la Coupe des clubs champions, perdu contre le Feyenoord Rotterdam en mars 1963. Retour sur ces années glorieuses qui ont façonné la légende du grand Stade de Reims.

Palmarès du Stade de Reims entre 1948 et 1962

Stade de Reims

Reims, finaliste de la première Coupe des clubs champions

La Coupe des clubs champions, ancêtre de l'actuelle Ligue des champions, naît en 1955. Le Stade de Reims, qui vient tout juste de remporter le Championnat de France, est bien entendu convié aux festivités. Menés par un immense Raymond Kopa, star française de l'époque, et par un entraîneur de génie, Albert Batteux, les Rémois épatent l'Europe grâce à un jeu magnifique, passé à la postérité sous le nom de football champagne. Reims élimine successivement le AGF Arhus (2-0, 2-2), le Budapest Vörös Lobogó (4-2, 4-4) et le Hibernian Édimbourg (2-0, 1-0). En finale, c'est un ogre qui se dresse devant eux : le grand Real Madrid. Galvanisés, les Rémois pratiquent un jeu offensif et mènent au score 2-0, puis 3-2 mais finissent par s'incliner 4-3. Les regrets sont éternels, alors que Raymond Kopa quitte la France pour rejoindre les Merengue, quelques semaines seulement après la finale.

Le Real Madrid, rival éternel

Trois ans plus tard, en juin 1959, le Stade de Reims a le droit à sa revanche contre les Madrilènes. Grâce à un parcours exemplaire, les joueurs d'Albert Batteux se sont à nouveaux hissés en finale et espèrent cette fois remporter la coupe. Raymond Kopa est dans l'autre camp, mais les Champenois, soutenus par toute la France, croient en leur chance. Dominés, ils s'inclineront malheureusement 2-0 malgré un penalty arrêté par Dominique Colonna. « Tout le monde était très déçu, rappelait le gardien rémois dans une interview au Temps, la semaine dernière. J’y repense souvent parce que moi, sincèrement, j’ai cru qu’on allait gagner ».Reims s'offrira encore deux parcours européens, mais sera à chaque fois éliminé assez tôt dans la compétition. D'abord face à Burnley (0-2, 3-2), en huitièmes de finale de l'édition 1960-1961, et donc face au Feyenoord Rotterdam (0-1, 1-1) en 1962-1963.

Des années de galère : de la DH ... à la Ligue Europa

Mais la gloire ne dure pas pour le Stade de Reims. Dès 1964, le club tombe en Ligue 2 et aura par la suite beaucoup de mal à se redresser. Les Champenois reviennent de temps à autres en Ligue 1 mais ne s'y installent jamais durablement. La catastrophe survient au début des années 90. Reims touche le fond avec deux liquidations judiciaires prononcées en octobre 1991 et en mai 1992. Le club doit repartir en Division d’honneur, sixième échelon du football français, et vend tous ses trophées aux enchères pour éponger ses dettes. Près de 30 ans plus tard, les Rémois ont, en gravissant les échelons un par un, retrouvé le niveau professionnel, avec la Ligue 2 (en 2002) puis la Ligue 1 (en 2012 puis en 2018). Cette année marque une nouvelle renaissance pour le phénix champenois avec la qualification en Ligue Europa. Reims n'a pas encore retrouvé les cimes de son passé, mais il continue de s'en approcher. De toute façon, il paraît que les grands clubs ne meurent jamais.




Par Gary SLM

Facebook
Twitter
email
Whatsapp