OM Mercato : Le club se prononce sur l’affaire Lihadji-Anigo

OM : José Anigo sanctionné pour le transfert d’Isaac Lihadji au LOSC ? Publié le 02 octobre 2020 à 19:58

Le transfert d'Isaac Lihadji de l' OM au LOSC au début du mercato estival refait parler. Cette fois, c'est José Anigo, ancien responsable de l'Olympique de Marseille, qui aurait trempé dans une magouille autour de ce transfert.

LOSC ?José Anigo fautif dans le transfert d’Isaac Lihadji ?

Formé à l’ OM où il était considéré comme un joueur d’avenir, Isaac Lihadji a abandonné son club formateur pour signer au LOSC cet été. José Anigo aurait eu un comportement répréhensible dans le transfert du jeune ailier droit. Selon La Provence, l’ancien responsable de l’Olympique de Marseille a été placé en garde en vue pour ce dossier. Le quotidien régional indique que l'ex-directeur sportif phocéen est soupçonné d'avoir participé à « une association de malfaiteurs en vue de commettre un crime » et d'« extorsions en bande organisée ». Une information parvenue rapidement à la connaissance des dirigeants de l’ OM.

L’ OM préconise des sanctions exemplaires

Dans un communiqué publié ce vendredi pour exprimer sa position sur cette affaire, le club phocéen rappelle que plusieurs médias annoncent que « cette enquête pourrait notamment concerner "l’argent généré par le départ d’Isaac LIHADJI, le jeune attaquant de 18 ans formé à l’Olympique de Marseille et recruté par le LOSC cet été". Monsieur José ANIGO, ancien directeur sportif de l’Olympique de Marseille, licencié par le club, serait en garde à vue dans le cadre de cette enquête ». L’écurie olympienne, « poursuivant une politique de fermeté, va se constituer partie civile dans cette information judiciaire pour dénoncer et poursuivre toutes les infractions dont elle peut avoir été victime, pour participer à la manifestation de la vérité et pour faire valoir ses droits ».

Le communiqué ajoute que l’ OM « a demandé à Maître Olivier BARATELLI de se constituer partie civile et de prendre toutes les mesures nécessaires, y compris judiciaires, de nature à obtenir immédiatement la réparation de l’entier préjudice qu’il subit ». Enfin, le message prévient que le club marseillais « portera plainte pour toutes infractions dont il aura été victime, et entend rappeler qu’il ne laissera impunie aucune pratique suspecte ou douteuse, commise à son insu et à son préjudice, ainsi que le club l’a fait depuis quatre ans ».





Par JOËL

Facebook
Twitter
email
Whatsapp