OM Mercato : Joakim Maehle crie au mensonge du KRC Genk

Joakim Maehle très déçu du KRC Genk pour son transfert manqué à l’ OM Publié le 08 octobre 2020 à 23:46

Joakim Maehle n’a pas pu rejoindre l’ OM au dernier jour du mercato estival. La faute au KRC Genk, un club dont le latéral droit danois est désormais « incroyablement déçu ». Mais pas au point de remettre en cause son professionnalisme.

OM mercato : Joakim Maehle pointe la cupidité du KRC Genk

Pour remplacer Bouna Sarr parti au Bayern Munich au bout du mercato estival, l’ OM avait voulu signer Joakim Maehle, latéral droit du KRC Genk (D1 de Belgique). Après plusieurs heures de négociations accélérées, les recruteurs marseillais et les dirigeants du club belge n’ont pas trouvé d’accord. De quoi susciter une profonde déception de l’international danois, pour qui les seuls responsables de son transfert avorté sont les dirigeants belges qui se sont montrés intraitables face à tous ses prétendants. « Je suis incroyablement déçu de la façon dont ils (Genk) ont géré. Il y a eu un intérêt à plusieurs reprises, où ils ont déclaré un non catégorique dès le début. Que ce soit pour Southampton, Valence ou l'Atalanta. J'ai respecté cela. Et ils n'ont rien entendu de moi, et je ne me suis jamais plaint », a expliqué Joakim Maehle dans les colonnes du quotidien danois BT.

Si le joueur de 23 ans s’est remis rapidement du refus de ces premiers intérêts par le KRC Genk, il s’est en revanche agacé de la façon dont ses dirigeants se sont comportés envers l’ OM et envers lui et sa famille. « Qu'ils gèrent ensuite cette situation (avec l'OM) comme ils l'ont fait, je suis incroyablement déçu. (...) Quand j'ai signé avec ma famille et mes agents il y a deux étés, ils nous ont promis que si quelque chose d'extraordinaire se produisait avant l'été 2021, nous en parlerions. Qu'ils m'aient ensuite menti à moi et à ma famille, en face, je suis incroyablement déçu », a-t-il pesté. Informé de l’échec des négociations pour son transfert à l’ OM, Joakim Maehle a été profondément abattu. « J'ai signé sur mes papiers lundi soir, puis je reçois un appel de mon directeur sportif (Dimitri de Condé) dix minutes avant la fermeture, disant qu'il n'y a pas d'accord final parce qu'ils ont demandé un peu plus d'argent. (...) Je m'assois sans voix. Je jette le téléphone loin de moi. Je n'ai rien à dire. Je suis juste écrasé et je me sens piétiné. C'était dur de dormir. J'avais dit à ma famille que ça allait probablement marcher et que c'était juste la dernière chose qui manquait », a-t-il raconté avant de tempêter : « Et puis, ils ruinent tout à la dernière minute parce qu'ils veulent plus d'argent... ».

Pour Joakim Maehle, les dirigeants du club belge ont tenu compte de leur intérêt financier, et non de sa progression sportive. Au contraire de l’ OM qui s’est soucié des besoins personnels de Bouna Sarr. « On m'avait dit au début que c'était le timing qui était fou. Qu'ils ne pouvaient pas arriver à recruter un remplaçant. Mais Marseille était dans la même situation. Ils ont vendu leur latéral droit au Bayern Munich (Bouna Sarr) et ont pensé à ses besoins personnels. Ils ont pensé à ce que cela signifiait pour lui en tant que joueur et être humain. Là, Genk s'est trop lancé dans les affaires. Et ce n'est pas ce que nous nous sommes promis », a expliqué le Danois, avant d’ajouter : « Ce que vous pouvez lire sur 12-13 millions d'euros est exact. Je ne connais pas les détails, mais je sais que Genk aurait demandé un bonus supplémentaire, requête directement venue du conseil d'administration à la dernière minute. Et Marseille ne pouvait pas s'aligner comme ça, à la dernière minute. Ils perdent complètement leur confiance et ma confiance quand ils se comportent de cette façon, sans me le dire à mes agents et moi en premier ». Joakim Maehle est donc déçu de la cupidité du KRC Genk et du mensonge qui lui a été servi.

Joakim Maehle, un professionnel dans l’âme

Mais le comportement de ses dirigeants ne remettra pas en cause son professionnalisme. À cet effet, il a « déjà écrit un message à Jess (Thorup, le coach) le lendemain pour qu’il ne doute pas de » sa « motivation à jouer pour le club ». « Quand j'ai signé avec Genk, j'ai donné ma parole que je ferais n'importe quoi pour le club parce que j'aime ça et les fans », se souvient-il. Il promet de faire tout pour ses coéquipiers et les entraîneurs et les invite à ne pas douter de sa détermination. En revanche, il a prévenu qu’ « il y a des gens dans le club avec qui » il n’aura « plus la même relation ». À noter que l'international danois (2 sélections) a été buteur mercredi soir contre les Îles Féroé (4-0), en match amical.





Par JOËL

Facebook
Twitter
email
Whatsapp