OM : Fort Boyard, Adil Rami livre sa vision des faits

Adil Rami licencié de l’OM pour avoir participé à Fort Boyard Publié le 13 octobre 2020 à 23:45

Licencié de l’OM pour sa participation à l’émission Fort Boyard, Adil Rami a accepté d’évoquer le sujet dans son autobiographie "Autopsie". Le défenseur central est toujours convaincu qu’il a été victime d’un limogeage abusif.

Adil Rami révèle les dessous de sa participation à Fort Boyard

Après deux saisons à l’OM (2017-2019), Adil Rami a été licencié lors du mercato estival 2019. Les dirigeants marseillais reprochaient au défenseur central d’avoir participé à l’émission Fort Boyard alors qu’il n’avait aucune autorisation du club. Une accusation que le champion du monde 2018 a toujours niée. Ce mardi, grâce au Figaro, on en sait un peu plus sur les dessous de la participation de l’ancien taulier du FC Séville à cette fameuse émission. « Cette semaine-là, nous jouons le samedi. Je demande au coach le programme pour le dimanche et le lundi. 'Dimanche repos, lundi entraînement' », a commencé Adil Rami avant de demander à Rudi Garcia la permission de s’absenter lundi : « Coach, je dois aller aux trophées UNFP dimanche, et lundi j’aimerais bien avoir ma journée. » Permission obtenue : « Ok Adil, comme tu es blessé et que tu ne t’entraînes pas avec le groupe, tu vois ça avec le doc, c’est à lui de décider ». Ensuite, l’ex-Lillois a bel et bien participé à la fameuse émission. « J’appelle au dernier moment la production de Fort Boyard pour les avertir de ma présence et il est aussi prévu que je ne fasse rien de dangereux », reconnaît le joueur.

De retour à l’entraînement dès le mardi suivant, Adil Rami n’est d’abord pas inquiété. « Le mardi matin, à 10 heures, je suis au centre d’entraînement et on ne me dit rien. Personne n’évoque mon absence de la veille, puisque je n’étais pas convoqué, dispensé de séance par le doc. La semaine se passe sans encombre », se souvient l’ancien du FC Valence. Mais ensuite, le joueur de 34 ans se rend compte que quelque chose ne tourne pas rond. « Je ne suis même pas sur la feuille de match pour la dernière journée de la saison, contre Montpellier au Vélodrome », a-t-il déploré.

L’affaire portée devant le conseil des prud’hommes

Adil Rami est convaincu d’avoir été abusivement licencié et a saisi le conseil des prud’hommes. Les deux parties ont été convoquées la semaine dernière pour l’audience d’explication. Au cours de cette première audience, le joueur de Boavista et l’OM ont noté par écrit leurs arguments respectifs. Viendra ensuite l’audience de jugement. Lors de cette seconde audience, dont la date n’a pas encore été fixée, le conseil des prud’hommes rendra son verdict.





Par JOËL

Facebook
Twitter
email
Whatsapp