Ligue 1, Ligue 2 : Crise LFP-Mediapro, les Chinois fautifs ?

Ligue 1, Ligue 2 : les Chinois seraient responsables de la crise LFP-Mediapro Publié le 15 octobre 2020 à 09:45

Nouveau diffuseur de la Ligue 1 et de la Ligue 2, Mediapro ne veut plus honorer les engagements qui lui ont permis d’avoir ce contrat de diffusion. L’actionnaire chinois de la chaîne serait à l’origine de cette volte-face.

Ligue 1, Ligue 2 : Mediapro ne veut plus respecter ses engagements

Mediapro avait été très heureux de détrôner Canal+ pour la diffusion de la Ligue 1 et de la Ligue 2. La chaîne sino-espagnole a acquis le contrat pour une durée de 4 ans, soit jusqu’en 2024. Mais la première saison à peine entamée, le nouveau diffuseur se déclare incapable d’honorer les engagements qu’il avait pris et qui lui avaient valu d’arracher le contrat à Canal+. Mediapro n’a pas payé les droits TV d’octobre, ce qui est un gros coup dur, alors que les budgets des clubs sont très dépendants de ces droits TV. De plus, le diffuseur de la Ligue 1 et de la Ligue 2 voudrait renégocier à la baisse les termes du contrat. Pour éviter le pire, le conseil d’administration de la LFP (Ligue de Football Professionnel) devrait se réunir ce jeudi pour valider un emprunt qui permettra de payer les droits TV d’octobre, mais aussi de décembre. Le responsable de cette volte-face, alors que la saison est déjà lancée, pourrait avoir été démasqué.

Les Chinois à l’origine de la crise LFP-Mediapro ?

Selon les informations de L’Équipe ce jeudi, l'actionnaire chinois de Mediapro, Orient Hontai Capital, semble être à l’origine de ce revirement. Le quotidien sportif avance que « l’état financier des investisseurs chinois ne paraît pas directement en cause dans la douche froide qui s’abat sur le championnat de France », mais qu’ « il n’est pas exclu que la main de Pékin ou de Shanghai ait quand même pu tenir le pommeau ». Un expert « des investissements asiatiques en Europe, encore récemment en poste à Shanghai » aurait confié qu’il est « "plausible" que l’actionnaire de référence "tente de faire baisser la facture" d’un très probable gros déficit d’exploitation de la chaîne Téléfoot dont le point d’équilibre (3,5 millions d’abonnés) paraît hors d’atteinte en l’état ». Pour ce spécialiste des fonds d’investissement asiatiques, les investisseurs chinois « ont peu de respect pour la naïveté et un grand sens du rapport de force ». Enfin, l’expert a dénoncé « l’hyper dépendance des clubs au contrat » et « ses protections potentiellement insuffisantes pour la Ligue ».





Par JOËL

Facebook
Twitter
email
Whatsapp