Stade Rennais : M'Baye Niang, ses agents et une affaire de meurtre

L'un des agents du joueur du Stade Rennais M'Baye Niang a été cité dans une affaire de meurtre. Publié le 16 octobre 2020 à 13:00

C'est une affaire bien trouble qui vient d'émerger et elle implique l'un des agents de l'attaquant du Stade Rennais, M'Baye Niang. En effet, le nom de l'un d'entre eux, vu dans la presse à la suite du prêt manqué du joueur sénégalais vers l'ASSE lors du dernier mercato vient d'être cité dans une sombre histoire de meurtre qui remonte à l'automne 2018.

Un des agents du joueur du Stade Rennais entendu

L'affaire remonte à 2018 et est relatée dans les colonnes de L'Equipe. Sophiane Hamli, 42 ans, ancien braqueur originaire de Seine-Saint-Denis, condamné pour des attaques de banque dans les années 1990 et acquitté aux assises pour des attaques de fourgon, souhaite se reconvertir dans le milieu du football comme agent de joueurs. Mais en octobre 2018, l'homme est retrouvé mort, abattu à l'arme à feu à deux pas des Champs-Elysées, à Paris. Un de ces amis, présent avec lui à ce moment-là, est lui aussi tué. L'enquête de la brigade criminelle l'a orientée vers le milieu du football et des agents, pour la mener jusqu'à Jonathan Chiche, 38 ans, l'un des agents du joueur du Stade Rennais, M'Baye Niang. Un nom découvert récemment dans la presse à la suite du prêt manqué de Niang à l'ASSE, où il était présenté comme l'associé de Grégory Gélabert, ayant déclaré que le transfert du Sénégalais à l'AS Saint-Etienne était une "régression".

Le monde trouble des agents de joueur

Si la police a souhaité entendre Jonathan Chiche, c'est parce qu'il avait rencontré la victime quelques mois auparavant, en juillet 2018. Une audition comme simple témoin dans le cadre de l'enquête sur ce double meurtre mystérieux. Jonathan Chiche a, toujours selon L'Equipe, expliqué aux enquêteurs avoir dîné avec Sophiane Hamli durant l'été. "Sophiane était devenu un ami. On se voyait souvent, pour autant, nous n'avons passé qu'une soirée ensemble", a expliqué Chiche. Cette rencontre aurait eu pour but d'expliquer à Hamli les ficelles du métier d'agent, avec l'idée de l'associer en tant qu'intermédiaire, avec à la clé des commissions. Les enquêteurs se sont donc penchés sur ce jeu des intermédiaires et notamment un différend intervenu entre Chiche, son associé et deux intermédiaires dans le cadre du transfert de Didier Ndong du FC Lorient à Sunderland en 2016. Une plainte avait été déposée par Chiche et Gélabert contre deux intermédiaires, "mécontents de ne pas avoir perçu une commission de 1,8 millions d'euros à laquelle ils pensaient avoir droit, qu'ils ont accusés d'avoir proféré des menaces de mort à leur encontre", décrypte L'Equipe. Une plainte qui avait été classée sans suite.

La police suspecte Sophiane Hamli d'avoir joué un rôle "dissuasif" dans cette opération, le jugeant plus comme "un homme de main plutôt qu'intermédiaire d'agent de foot". Selon les enquêteurs, Hamli aurait surtout été chargé de mettre des coups de pression. Un intermédiaire estime notamment que Chiche et Hamli étaient associés "pour d'autres choses", ce dernier n'appréciant pas, à cause de son passé, que la police puisse mettre son nez dans leurs affaires. Ce que Jonathan Chiche a estimé être "totalement faux". Cette affaire reste trouble et l'enquête suit son cours, mais elle révèle une nouvelle fois les zones d'ombre du monde des agents et intermédiaires de football, jetant le discrédit sur toute la profession. Le joueur du Stade Rennais, M'Baye Niang, qui tente de revenir en odeur de sainteté chez les Rouge et Noir, se serait sûrement bien passé de ces révélations concernant ses agents afin de retrouver un peu de sérénité.





Par Matthieu

Facebook
Twitter
email
Whatsapp