FC Nantes : Waldemar Kita ne fera pas de cadeau à Mediapro

Waldemar Kita, le président du FC Nantes Publié le 22 octobre 2020 à 00:30

Président du FC Nantes, Waldemar Kita s’est exprimé sur la nouvelle crise financière qui secoue le football français. Alors que Mediapro, le principal diffuseur du championnat, peine à honorer sa facture, le dirigeant nantais n’entend pas faire de concession au groupe espagnol.

Waldemar Kita accentue la pression sur Mediapro

Les débuts sont compliqués pour Mediapro en France. Nouveau diffuseur du championnat professionnel, le groupe espagnol ne parvient pas à régler le versement de la deuxième tranche des droits TV aux clubs. L’entreprise devait payer 172 millions d’euros aux clubs depuis le 5 octobre. Mais en proie à des difficultés financières, Mediapro n’a pas encore épongé sa dette. À défaut, le diffuseur souhaite renégocier son contrat avec la LFP à la baisse. Chose que n’entend pas Waldemar Kita. Le président du FC Nantes ne fera pas de concession au groupe catalan. « La formation coûte de l’argent. Il faut donc être logique. Les droits TV d’aujourd’hui, à 1,2 milliard d’euros par an, sont désormais une référence pour nous », a-t-il indiqué dans un entretien à Ouest France.

Quelle solution pour Mediapro ?

Pour Waldemar Kita, le montant demandé à Mediapro est dérisoire contrairement à ceux exigés dans d’autres pays. Pour le président du FC Nantes, « ce n’est pas normal » de revoir le contrat déjà négocié avec le diffuseur espagnol. Acculé, Jaume Roures a tenu à rassurer la LFP et les clubs lors d’une conférence de presse mercredi. Si le patron du groupe espagnol a indiqué que son entreprise allait respecter son contrat, il demande néanmoins à « s’adapter à la situation ». Il annonce des discussions avec les autorités et des fonds d’investissement pour trouver une solution. De son côté, la LFP ne compte pas attendre indéfiniment Mediapro. L’Assemblée générale de la Ligue a validé la souscription d’un prêt pour compenser le retard accusé par le diffuseur ibérique. Mais il ne s’agit là que d’une solution ponctuelle.





Par Ange A.

Facebook
Twitter
email
Whatsapp