Stade Rennais : Le casse-tête de Julien Stéphan à Séville

Julien Stéphan et le Stade Rennais privés d'Eduardo Camavinga et Steven Nzonzi au Séville FC. Publié le 28 octobre 2020 à 11:35

Le Stade Rennais dispute le deuxième match de Ligue des champions de son histoire, ce mercredi (21 h), dans une ville qu'il connait bien, Séville. Mais cette saison, ce n'est ni contre le Betis, ni en Ligue Europa, mais contre le Séville FC dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. Malheureusement pour Julien Stéphan, les mauvaises nouvelles se sont accumulées ces derniers jours, et l'entraîneur rennais va devoir composer avec les absences.

Le milieu du Stade Rennais décimé

Jouer au stade Sanchez-Pizjuan, même à huis clos, contre le Séville FC en Ligue des champions, ce n'est jamais chose facile. Mais le Stade Rennais va devoir faire sans sa paire de milieux de terrain internationaux, ce mercredi soir, face au vainqueur en titre de la Ligue Europa. En effet, les supporters des Rouge et Noir ont tout d'abord appris, en milieu de journée à l'annonce du groupe rennais, l'indisponibilité d'Eduardo Camavinga, touché contre Angers SCO vendredi, en Ligue 1. "Il a pris un petit coup en début de match contre Angers, ses séquelles sont encore trop importantes pour qu'il puisse postuler pour le match", a révélé l'entraîneur Julien Stéphan, mardi, en conférence de presse. Une béquille qui prive la pépite du SRFC de son deuxième match de Ligue des champions, elle qui est une pièce maîtresse de la formation bretonne.

Comme les mauvaises nouvelles ne viennent jamais seules, le Stade Rennais a également appris dans l'après-midi de mardi la suspension de son autre international français, le champion du monde Steven Nzonzi. Une suspension décidée par l'UEFA faisant suite à un "comportement antisportif" lors de la précédente rencontre du SRFC en C1, contre Krasnodar, la semaine dernière, et qui prend effet "immédiatement", donc contre le Séville FC. Ce qu'il s'est passé ? Julien Stéphan l'a révélé en conférence de presse, dans des propos rapportés par Ouest-France : "À l’issue du match contre Krasnodar, il y avait un contrôle antidopage. Il y avait un peu de frustration et Steven a eu un geste d’humeur en shootant dans une bouteille." Un coup de sang qui vaut cher. "C’est très regrettable et très pénalisant pour nous, on devra s’adapter", a reconnu l'entraîneur rennais, qui n'a été prévenu par l'UEFA qu'en début d'après-midi, mardi.

Quelles solutions pour Julien Stéphan ?

Si l'on ajoute à ces deux absences celle de Flavien Tait, ça commence à faire beaucoup au milieu de terrain pour le Stade Rennais. Julien Stéphan va devoir changer ses plans et même si le coach breton a plus d'un tour dans son sac, il a dû plancher sur le sujet la nuit durant. "Cela change des choses. On a d’autres joueurs prêts, disposés à jouer ce match-là. Je vais devoir réfléchir dans la soirée et cette nuit pour prendre la meilleure option possible, pour construire notre match sur la durée", a-t-il expliqué. Stéphan pouvait d'ores et déjà compter sur le retour de Clément Grenier, sorti du placard il y a dix jours pour affronter Dijon (1-1) en Ligue 1. Il peut aussi s'appuyer sur les retours de James Léa-Siliki et Jonas Martin. Mais les deux joueurs viennent seulement de reprendre et n'ont bénéficié que d'un peu de temps de jeu en réserve. Aussi, il n'est pas certain de les voir tenir la cadence pendant plus de 60 minutes dans un match intense comme le sont les joutes européennes.

Tous ces éléments devraient pousser Julien Stéphan à trois choix : maintenir son 4-3-3, utiliser un 4-4-2 ou revenir au 3-5-2. L'Equipe et Ouest-France penchent pour la première option. Julien Stéphan maintiendrait son système favori pour éviter une perte de repères pour des joueurs à qui il en manque. Pour ces deux journaux, Clément Grenier, en pointe basse, serait associé à Benjamin Bourigeaud. Le troisième élément serait alors soit James Léa-Siliki, soit Jonas Martin. L'entraîneur du Stade Rennais choisirait alors le joueur qu'il estime le plus en forme et adapté au plan mis en place contre le Séville FC. Onze Mondial voit de son côté un 4-4-2, avec Grenier et Bourigeaud dans le coeur du jeu, Terrier et Del Castillo sur les ailes et un duo d'attaque Guirassy-Hunou. Enfin, pour ce qui est d'un retour au 3-5-2, Julien Stéphan avait l'air assez réticent en conférence de presse. "Ce système à cinq, on ne l'a plus utilisé depuis de nombreux mois donc il me faut un temps de réflexion." Un risque peut-être trop grand pour le coach breton. Mais les supporters des Rouge et Noir savent que leur entraîneur leur prépare un nouveau coup avec, pourquoi pas, la première de Lesley Ugochuckwu, 16 ans, dernier né de la formation rennaise, qui a remplacé Eduardo Camavinga au pied levé.





Par Matthieu

Facebook
Twitter
email
Whatsapp