Stade Rennais : Des milieux dépassés et critiqués à Séville

Match compliqué pour les milieux du Stade Rennais face au Séville FC. Publié le 29 octobre 2020 à 10:30

Le Stade Rennais n'a pas tenu sur la pelouse du Séville FC, mercredi soir en Ligue des champions. Les Rouge et Noir ont été dominés toute la rencontre face à une équipe andalouse plus forte et plus expérimentée, et se sont inclinés sans démériter sur le plus petit des écarts (0-1). Mais les absences au milieu ont coûté très cher à Julien Stéphan et au SRFC.

Le milieu du Stade Rennais n'a pas fait le poids

Julien Stéphan savait pertinemment que la rencontre allait être difficile et pénible. L'entraîneur du Stade Rennais était privé de plusieurs joueurs clés, notamment sa paire de milieux de terrain internationaux, Eduardo Camavinga et Steven Nzonzi. Le premier, victime d'une béquille en Ligue 1 vendredi face à Angers SCO (1-2), n'était pas suffisamment remis de sa blessure pour tenir sa place, quant au second, il a été suspendu la veille du match par l'UEFA, pour un comportement jugé antisportif survenu lors de la précédente rencontre de Ligue des champions, face à Krasnodar. Flavien Tait manquait lui aussi à l'appel, touché par le Covid. Un véritable casse-tête pour Stéphan, qui a dû bricoler avec les moyens du bord, en titularisant le seul régulier qu'il lui restait en la personne de Benjamin Bourigeaud, et l'accompagnant des revenants Clément Grenier et Jonas Martin. Face à une équipe du Séville FC rodée et survitaminée, les deux remplaçants propulsés titulaires ont été rapidement hors sujet et dépassés physiquement comme techniquement.

Grenier et Martin hors sujet

La tâche qui incombait à Clément Grenier et Jonas Martin était ardue. Compenser les absences d'Eduardo Camavinga et Steven Nzonzi n'est pas chose facile, encore moins avec si peu de temps de jeu dans les jambes. Grenier avait fait son retour en Ligue 1 contre Dijon (1-1) après des mois passés au placard et n'avait que 88 minutes à son actif avec l'équipe première en match officiel cette saison. Jonas Martin, lui, embêté par les blessures depuis son arrivée au Stade Rennais, ne connaissait que sa troisième titularisation pour l'exercice 2020-2021. Face à une équipe beaucoup plus forte et en manque de repères, ils ont craqué. Le seul à avoir réussi à tenir le choc au milieu de terrain fut l'habitué Benjamin Bourigeaud, mais il a, malheureusement pour les Rennais sur qui la poisse s'est acharnée, dû quitter ses coéquipiers dès le retour des vestiaires.

Pour ses deux coéquipiers du milieu de terrain au Stade Rennais, les choses ont été plus compliquées. Dans Ouest-France comme dans L'Equipe, Clément Grenier est crédité d'un 3/10. Le quotidien de l'Ouest résume sa performance par "des passes dans le mauvais timing" et constate que l'ancien Lyonnais s'est fait "complètement enrhumer dans sa surface par Fernando", concluant qu'il n'a tout simplement "pas été à la hauteur". Le journal sportif, de son côté, constate que Grenier a été "absent en première période", mais "plus remuant après la pause", mais son match a été gâché par "trop de ballons perdus et pas assez d'initiatives ni d'investissement. L'Équipe est plus clémente avec Jonas Martin (4/10), qui "a beaucoup couru dans le vide et a parfois semblé perdu", récupérant des ballons mais "souvent mal utilisés", pas aidé par "son manque de rythme" et malmené par Jordan et Torres. Ouest-France est bien plus sévère avec Martin, noté d'un petit 2,5/10, avec ce commentaire lapidaire : "Il est passé à côté." À noter enfin la performance de Martin Terrier, 3/10 dans les deux quotidiens, qui a vécu un match compliqué sur son côté.





Par Matthieu

Facebook
Twitter
email
Whatsapp