Stade Rennais : La petite indiscrétion de Stéphan sur la C1

Le Stade Rennais de Julien Stéphan mal engagé en Ligue des champions. Publié le 30 octobre 2020 à 13:30

Le Stade Rennais connait une saison historique avec sa toute première participation à la Ligue des champions. Julien Stéphan est revenu sur le tirage, jugé difficile ou décevant par les supporters, qui a offert aux Rouge et Noir l'occasion d'affronter Chelsea, le Séville FC et Krasnodar. Le coach rennais a également fait une petite confidence sur l'équipe qui le fait rêver.

Un tirage "très difficile" pour le Stade Rennais

En tombant dans le groupe de Chelsea, du Séville FC et de Krasnodar, le Stade Rennais savait que la tâche serait difficile pour la toute première Ligue des champions de son histoire. Placé dans le 4e chapeau, les Rouge et Noir auraient pu bénéficier d'une poule avec des noms encore plus ronflants, comme le Real Madrid ou le Bayern Munich, mais ils pouvaient également espérer une troisième place qui les reverserait en Ligue Europa. Certains voyaient même le SRFC chiper une deuxième place et filer en huitièmes de finale, mais après les deux premières rencontres, les chances rennaises s'amenuisent. Les hommes de Julien Stéphan ont concédé un nul (1-1) à domicile contre Krasnodar et se sont inclinés (0-1) sur la pelouse de Sanchez-Pizjuan, face au Séville FC. Pas une surprise pour l'entraîneur breton qui parlait dans France Football d'un groupe "difficile, très difficile".

Liverpool plutôt que Chelsea ?

Julien Stéphan fait remarquer notamment la puissance des Londoniens de Chelsea. "Ils ont investi 250 millions d'euros sur le mercato. Aucun club n'en a fait autant et ils avaient pourtant déjà une très bonne équipe", a commenté le coach du Stade Rennais. Quant à Séville, "c'est peut-être moins ronflant que le Barça ou le Real, mais ils ont gagné une Ligue Europa en sortant Manchester United en demies et en battant l'Inter en finale. Et ils ont fait un excellent championnat". Et les Russes de Krasnodar ont confirmé les dires de Julien Stéphan : "Krasnodar, ça ne parle à personne, mais il y a de très bons joueurs. Le danger, c'est de juger l'adversaire par rapport au nom. Or, le nom ne fait pas tout, sinon on n'aurait pas fini troisièmes de Ligue 1 la saison dernière, puisqu'on avait le septième ou huitième budget" du championnat. Un seul regret, peut-être, dans ce tirage de Ligue des champions pour l'entraîneur rennais : "J'aurais aimé aller à Liverpool pour rencontrer Jürgen Klopp et jouer à Anfield pour l'ambiance. Mais l'ambiance, elle n'est plus là depuis quelques mois." À charge de revanche !





Par Matthieu

Facebook
Twitter
email
Whatsapp