Ligue 1 : Mediapro, Canal+ prend une décision radicale

Canal+ ne va pas secourir Mediapro Publié le 31 octobre 2020 à 00:30

Longtemps concurrencé par beIN Sports, Canal+ a vu l’arrivée de Mediapro comme nouveau rival sur le marché des droits TV. Alors que le nouveau diffuseur du championnat est à la peine, la chaîne cryptée n’entend pas jouer les sauveurs du football français.

Droits TV : Canal+ charge Mediapro face à la crise

Le football français vit encore des heures agitées. Avec l’imposition des matchs à huis clos et la crise liée à Mediapro, les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 sont dans le rouge. Le principal diffuseur du championnat professionnel peine à honorer le versement de la tranche du mois d’octobre, soit 172 millions d’euros. Du côté de Canal+, l’inquiétude est grande au moment son concurrent espagnol n’a toujours pas honorer sa dette. « Je suis en effet très inquiet pour le foot français […] Il ne faudrait pas que cette situation d’absence de paiement des droits TV dure trop longtemps, cela risquerait d’abîmer l’image, la qualité, et in fine la valeur de la Ligue 1 », a indiqué Maxime Saada dans Les Échos. Pour le directeur de la chaîne cryptée, le groupe espagnol ne doit pas évoquer la crise sanitaire pour justifier son insolvabilité.

Aucun nouvel investissement pour Canal+

« La situation de Téléfoot n’a rien à voir avec la crise sanitaire. Depuis la reprise, les matchs se sont joués et se jouent aux dates et aux horaires attendus », a indiqué le patron de Canal+. Mediapro dans le dur, Maxime Saada ne compte pas s’ériger en sapeur-pompier en ces temps de crise. « Nous avons racheté un lot clé de cette compétition à beIN avec lequel nous avons également signé un accord de distribution exclusif […] Cette stratégie fonctionne et il n’est pas question de faire plonger Canal+ dans le rouge en réinvestissant à perte dans le football », a-t-il expliqué. Le groupe présidé par Jaume Roures se retrouve donc dos au mur. Une situation qui devrait perdurer vu qu’aucun accord n’a encore été trouvé avec la LFP et les autorités pour sortir de cette nouvelle crise.





Par Ange A.

Facebook
Twitter
email
Whatsapp