PSG : « corruption », pas de prison pour Nasser al-Khelaïfi

PSG : Nasser al-Khelaïfi s'en sort bien pour « FIFAgate » Publié le 31 octobre 2020 à 09:13

Nasser al-Khelaïfi, le président du PSG et de beIN Media Group, s’en tire à bon compte dans l’affaire de « FIFAgate ». Le dirigeant du Paris Saint-Germain ne fera pas la prison que lui souhaitait le Ministère public de la Confédération (MPC, parquet).

Nasser al-Khelaïfi ne va pas aller en prison pour « corruption »

L’affaire « FIFAgate » avait secoué le monde du football. Le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi, accusé « d’instigation à gestion déloyale aggravée », était poursuivi pour son rôle supposé dans l'octroi de droits médias des matchs de Coupes du monde 2026 et 2030 (pour la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord, dite MENA). Le Ministère public de la Confédération avait requis contre lui vingt-huit mois d'emprisonnement, avec sursis partiel. Lors du procès au mois de janvier passé, le chef d'accusation de « corruption » était tombé après un accord à l'amiable et financier conclu entre le patron du Paris Saint-Germain et la FIFA. L’instance mondiale du foot s’était retiré des poursuites pénales contre le dirigeant parisien.

Une « véritable victoire » du patron du PSG

Nasser Al-Khelaïfi a confié : « Après quatre années d'allégations sans fondement, d'accusations fictives et d'atteintes constantes à ma réputation, la justice m'a entièrement blanchi ». Le président du PSG ne passera donc pas par la prison pour cette accusation de « corruption » puisqu’il a été acquitté vendredi suite à son jugement en Suisse le mois passé. Pour lui, cette fin du dossier est une « véritable victoire » en ce qu’elle met fin à des années de campagne de dénigrement contre sa personne.

Cette affaire avait sérieusement égratigné l'image du Paris Saint-Germain et de BeIN Sport Groupe que dirige l'homme d'affaires qatari. Il faut noter que dans son pays au Qatar, Nasser Al-Khelaïfi a un statut de ministre sans portefeuille précis. C'est donc une personnalité officielle de ce pays de la péninsule arabique qui était poursuivie dans cette affaire FIFAgate.





Par Gary SLM

Facebook
Twitter
email
Whatsapp