ASSE : Coup dur pour un responsable des supporters de Saint-Etienne

Les supporters de l'ASSE en colère, après la relégation en L2. Publié par ALEXIS le 25 novembre 2022 à 01:07

Des supporters de l’ ASSE ont été condamnés, pour comportement contre l’AJA. La plus lourde des sanctions serait pour un responsable des ultras.

Jugés la semaine dernière, onze supporters de l’ ASSE connaissent leur sort depuis mercredi. Ils ont été condamnés à des peines avec sursis, allant de deux à douze mois, et aussi par interdit de stade, pour une période de deux à cinq ans, avec obligation de pointage au commissariat les jours de match, d'après Le Progrès. Selon la précision de la juge, « ce sera alors deux ans de prison ferme et 30 000 euros d’amende » en cas de manquement. Quant à So Foot, il croit savoir que c’est le président des Magic Fans 1992 qui a écopé de 5 ans d’interdiction de stade et douze mois de prison avec sursis, sans inscription au carnet judiciaire. Sportivement, l'équipe de l'AS Saint-Étienne avait été sanctionnée par la Commission de discipline de la LFP, d'un retrait de 3 points en Ligue 2, depuis juin. Et aussi de 4 matchs fermes à huis clos, à Geoffroy-Guichard.

ASSE : Le responsable des Magic Fans « ne pensait pas que la situation pouvait dégénérer ainsi »



des supporters de l'ASSE en colère

Lors de son audience au procès, le responsable du groupe de supporters ultras de l’ ASSE avait plaidé « l’excès de passion des supporters face à la descente (en Ligue 2, ndlr) », dans des propos rapportés par Jérémy Marillier pour France Bleu Saint-Étienne. « Je ne pensais pas que la situation pouvait dégénérer ainsi », avait regretté le président des MF92, ensuite.

Pour rappel, des dizaines de supporters de l’ ASSE avaient envahi la pelouse du stade Geoffroy-Guichard, lors du match retour des barrages, perdu aux tirs au but contre l’AJ Auxerre, le 29 mai. Ils manifestaient ainsi leur colère et frustration, suite à la relégation de leur club de coeur en Ligue 2. Il y avait eu des dégradations dans l’enceinte et des jets d'engins pyrotechniques vers la tribune des officiels, confirmés par les vidéos des caméras de surveillance. Vingt-sept (27) supporters avaient été interpellés, dont 11 placés sous contrôle judiciaire et jugés.