PSG - Bordeaux : Tuchel répond à la menace de Ben Arfa.

Buteur contre le Stade Rennais, Hatem Ben Arfa défie le PSG. Publié le 28 novembre 2020 à 01:30

Hatem Ben Arfa retrouve le PSG ce samedi (21h), un an et demi après la finale de la Coupe de France remportée avec le Stade rennais. Encore hanté par la performance du nouveau joueur de Bordeaux, Thomas Tuchel s’est montré méfiant, avant la venue des Girondins au Parc des Princes.

PSG : Tuchel dit à Hatem Ben Arfa, « ça suffit ! »

Hatem Ben Arfa a quitté le PSG à l’été 2018 après plus d’une saison sans jouer le moindre match avec le club de la capitale. Il avait engagé un long bras de fer avec la direction des Parisiens jusqu’à la fin de son contrat. Le joueur de 33 ans avait affronté son ancien club sous le maillot du Stade rennais. C’était en avril 2019, en finale de la Coupe de France remportée par les Bretons portés par un excellent Ben Arfa. Le SRFC avait décroché le trophée au bout du suspense à l’issue des tirs au but. L’ex-tricolore avait joué le match en entier (90 minutes + 30 minutes de prolongation) au Stade de France. Et Thomas Tuchel n’a pas oublié l’apport de ce dernier lors de la défaite de son équipe. Il l’a rappelé avant de retrouver le natif de Clamart, mais cette fois sous les couleurs des Girondins. « Hatem Ben Arfa en a déjà assez fait comme ça face au PSG avec le Stade rennais ! Ça suffit ! Ce n’est pas nécessaire qu’il nous montre encore. On a vu assez », a glissé l’entraineur du PSG en conférence de presse.

Ben Arfa va-t-il faire le coup du Stade rennais au Paris SG ?

En effet, Thomas Tuchel a bien des raisons de se méfier de la nouvelle recrue de Bordeaux. Il est réputé pour faire mal à ses anciennes équipes. En plus du Paris SG, le Stade rennais l’a appris à ses dépens, il y a une semaine. Ben Arfa avait été l’auteur du but de la victoire des Bordelais sur les Rennais (1-0), lors de la 11e journée de Ligue 1. Après avoir défait les Rouge et Noir, il a annoncé qu'il ne se retiendra pas contre les Rouge et Bleu. « J’ai le droit de marquer, même deux buts, pourquoi pas », avait-il menacé.





Par ALEXIS