Racing Strasbourg : Transfert RCS, Mercato du Racing Club Alsace

RC Strasbourg Alsace : L'information transfert du RCS, l'actualité mercato du Racing Club Strasbourg Alsace, le classement, les résultats et les statistiques des Alsaciens en championnat. L'information du RCSA en Coupe de la Ligue et Coupe de France sont à retrouver sur Foot sur 7.

  • - Stade de la Meinau -
  • Capacité : 29 230 places
  • Ouvert depuis : 1906
  • Adresse : 12, rue de l'Extenwoerth

Toute l'actualité Foot de RC Strasbourg Alsace

Le Racing Club Strasbourg Alsace est un club qui a remporté la Ligue 1 une seule fois. Depuis son unique sacre en 1979, le club de l’Alsace a connu une descente en Ligue 2 et même jusqu’en CFA avant de retrouver le football professionnel en 2016, suite à sa montée en Ligue 2. Et depuis son retour en première division en 2017, le Racing Club tente de décrocher une qualification en coupe d’Europe. Cette saison, elle n’est pas loin d’y arriver avec son entraîneur Julien Stéphan et son mercato intelligent.

Strasbourg, premier trophée et première relégation

Le club de football de Strasbourg, à l’origine, s’appelait FC Neudorf. Il avait été rebaptisé RC Strasbourg Neudorf avant de devenir Racing Club Strasbourg Alsace en 2012. Les autres surnoms de la formation présidée par Marc Keller sont le « Racing », le « RCS », le « RCSA » ou encore le « RC Strasbourg ». Après la deuxième guerre mondiale, le Racing Club était en première division, mais elle est condamnée à la relégation en deuxième division à l’issue de la saison 1948/1949. Cependant, un petit miracle s’est produit pour les Alsaciens qui sont finalement restés dans l’élite. En effet, le SR Colmar avait liquidé sa section football professionnel. Et ce forfait a profité au Racing Club Strasbourg, maintenu parmi l’élite (Division 1) pour combler la défection de Colmar.

Lors des saisons qui ont suivi le maintien miraculeux en Division 1, le Racing Club de Strasbourg a glané son premier trophée en coupe de France en 1951. Les Alsaciens avaient infligé une lourde défaite à l’US Valenciennes (3-0), en finale, après les deux finales perdues en 1937 et 1947. Le RCS avait gagné de nouveau la coupe de France en 1966 et en 2001. Mais quelques mois après avoir remporté leur premier trophée, les Strasbourgeois ont été relégués en deuxième division pour la première fois, à l’issue de la plus mauvaise saison (1951/1952) de l’histoire du club.

Le Racing Club, champion de France !

Promu en Ligue 1 à l’issue de la saison 1976/1977, le Racing Club fait une bonne saison et fini à la 3e place du podium au terme de la saison 1977/1978. La saison suivante (1978/1979), le RCSA est couronné par son premier et unique titre de champion de France. Cette saison reste comme la référence pour le club de l’Alsace. Ce dernier avait fini en tête du championnat de France avec 56 points au total, 63 buts marqués et seulement 28 buts encaissés. En plus d’avoir terminé avec la meilleure défense de la première division, le Racing Club avait été invaincu à la Meinau. Après avoir dominé le football français, Strasbourg a atteint les quarts de finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions la saison suivante. Il avait été éliminé par l’Ajax d’Amsterdam après avoir sorti Dukla Prague en 8e de finale lors d’un match retour héroïque arraché dans la prolongation (2-0) et dans un stade de la Meinau en ébullition.

Le club sacré champion de France en 1979 était alors entrainé par Gilbert Gress. Ce dernier avait également obtenu une remontée en Division 1 en 1992 avec la génération des Stephen Keshi (1991-1993), Franck Leboeuf (1991-1996) ou encore Olivier Dacourt (formé au Racing Club). Fort de sa réussite sur le banc de touche du Racing Club, Gilbert Gress avait été élu entraîneur du siècle en Alsace. Outre le titre de champion de France en Ligue 1, le technicien franco-suisse a dirigé le club alsacien à trois reprises. La première fois, c’était entre 1977 et 1980. La deuxième fois de 1991 à 1994, puis la dernière fois de juin 2009 à août 2010. Malgré tout, Gilbert Gress n’est pas l’entraîneur le plus titré du Racing Club Strasbourg Alsace. C’est Jacky Duguépéroux. Il a gagné la Coupe Intertoto en 1995 et la Coupe de la Ligue en 1997 et 2005, ainsi que le titre de champion de National au terme de la saison 2015/2016. Bien avant de diriger le staff technique du Racing Club (1995-1998 et 2004-2006), Jacky Duguépéroux avait été champion de France en tant que joueur du club du Bas-Rhin.

Crise au club alsacien et descente en division inférieure

Après le titre de champion de France, le Racing Club de Strasbourg a connu des années sombres marquées par une crise née de profonds désaccords entre Gilbert Gress et le nouveau président André Bord. Ce dernier a pris la décision de limoger son entraîneur après la réception du champion en titre, le FC Nantes, le 23 septembre 1980. Pendant tout le match de première division (Ligue 1), des slogans hostiles à l’encontre du président sont lancés et la défaite (2-1) provoque des émeutes inédites sur le terrain de la Meinau : le stade est mis à sac et Gilbert Gress est porté par la foule. Les résultats sportifs se dégradent ensuite peu à peu et le RCS descend en division inférieure en 1986. Dans les années 2000, Philippe Ginestet avait pris les rênes de la direction du Racing Club à la suite d’Egon Gindorf. Au terme du championnat de la saison 2005/2006, le club strasbourgeois avait terminé à la 19e place de Ligue 1 et avait donc été relégué en deuxième division. Mais il n’y fera qu’un court passage. Avec Jean-Pierre Papin comme entraîneur, l’équipe du Racing Club reprend l’ascenseur pour l’élite, un an après l’avoir quitté. À l’été 2007, Jean-Marc Furlan succède à JPP en tant que premier responsable des entraînements de l’équipe professionnelle du RCSA. Après un début de parcours encourageant, les joueurs du nouveau coach avaient connu une mauvaise passe à partir du mois de mars 2008 en championnat.

En effet, en enchaînant 11 défaites d’affilée jusqu’à la dernière journée, le Racing Club ne parvient pas à se maintenir en Ligue 1 et replonge en Ligue 2. C’est le début d’une période trouble, marquée entre autres par une relégation en National, pour la première fois de l’histoire professionnelle du club, à la fin de la saison 2010:2011, suite à un dépôt de bilan à l’été 2011. Pendant cette période, les présidents se succéderont et le Racing est agité de toutes parts. À noter que le club est réputé pour son changement de coach. De 1928, avec Oscar Bongard, à 2011 avec Laurent Fournier, 60 entraîneurs, dont 51 différents se sont succédé à la tête du RC Strasbourg. À cause des changements fréquents sur son banc de touche, particulièrement pendant les années 1980, le RCSA est parfois surnommé l'« OM de l'Est » en référence à l'instabilité du club marseillais.

Arrivée du président Keller en Alsace

Après la crise au Racing, une nouvelle équipe a pris le contrôle du club et Marc Keller est nommé manager général en 2001, juste après sa retraite de footballeur. Il est resté à son poste en 2003 alors que le club est cédé par le groupe IMG à un groupe d'investisseurs américains, une transition qu'il a d'ailleurs contribué à préparer. Jusqu'en 2006, Marc Keller sera l'homme fort du club strasbourgeois. Sous sa direction, le Racing Club de Strasbourg a remporté une Coupe de France en 2001, est remonté en Ligue 1 au terme de la saison 2002, et a décroché un second trophée de l'histoire du Racing Club en 2005 en Coupe de la Ligue.

Grâce à la politique de Marc Keller centré sur la formation, le Racing Club Strasbourg avait fait éclore des joueurs talentueux comme Kevin Gameiro, Habib Bellaïd, Morgan Schneiderlin, Jean-Alain Fanchone, Ricardo Faty… Le centre de formation du RCS avait été récompensé par la victoire de la réserve en Coupe Gambardella en 2006 contre l’Olympique Lyonnais. Après un passage à l’AS Monaco au poste de directeur général entre 2006 et 2011, l’ancien polyvalent joueur offensif a fait son retour dans son ancien club. Il a racheté le Racing Club Strasbourg, avec dix autres actionnaires, pour un euro symbolique. Les Strasbourgeois étaient alors relégués en CFA 2 (division amateur).

Marc Keller devient président du club alsacien et se fixe l'objectif de ramener le Racing Club dans le football professionnel. Un objectif atteint à l’issue de la saison 2015/2016, avec un retour en Ligue 2, puis le grand saut en Ligue 1 à la fin de la saison 2016-2017. Le dirigeant de 54 ans a en effet apporté une stabilité au club. Basé au stade de la Meinau, le RCSA est en train de boucler sa 5e saison consécutive en Ligue 1. Mieux, après avoir fini 3 fois dans la deuxième moitié du classement de Ligue 1 (15e, 11e, 10e et 15e), sous les ordres de Thierry Laurey lors des quatre dernières saisons, le Racing Club de Strasbourg fait une saison pleine avec son entraîneur Julien Stéphan et une nouvelle génération de joueurs qui ont l’expérience du haut niveau. L'arrivée au pouvoir de Marc Keller à Strasbourg constitue-t-elle une étape supérieure dans l'ascension du Racing ? Vu la saison actuelle de l'équipe de Julien Stéphan (4e après 33 journées de Ligue 1), la réponse est sans doute oui !

Actu Mercato RC Strasbourg Alsace

Cette saison, le Racing s’est renforcé en investissant au moins 30 millions d’euros. Le joueur franco-ivoirien, Ismaël Landry Doukouré, et le joueur franco-camerounais, Gerzino Nyamsi, ont été transférés respectivement de Valenciennes Football Club (Ligue 2) et du Stade Rennais, pour 1,5 million d’euros chacun. Le président Marc Keller a aussi récupéré, gratuitement, deux joueurs d’expérience : Maxime Le Marchand (défenseur central de 32 ans) et Kevin Gameiro (attaquant de 34 ans). Frédéric Guilbert (joueur d’Aston Villa), Jean-Eudes Aholou (joueur de l’équipe de l’AS Monaco) et Lucas Perrin (joueur de l’OM) sont quant à eux prêtés par leur club respectif au Racing Club Strasbourg en Ligue 1.

Lors du marché estival 2020, la direction strasbourgeoise avait recruté Habib Diallo au Football Club de Metz contre 10 millions d’euros, soit le plus gros transfert de l’histoire du club alsacien. Quant à Alexander Djiku (défenseur central), c’est un ancien joueur du SM Caen, acheté 4,5 millions d’euros en juillet 2019 suite à la relégation des Normands en Ligue 2. Matz Sels (gardien de but) a lui débarqué de Newcastle United à l’été 2018 contre une indemnité de transfert de 4 millions d’euros. Le joueur sud-africain, Lebo Mothiba, a aussi signé au Racing contre un chèque 4 millions d’euros, en août 2018.

Ces dernières saisons, le RC Strasbourg a réalisé quelques gros transferts, dans le sens des départs. Mohamed Simakan (22 ans) a été transféré au RB Leipzig pour 17 millions d’euros. Jean-Eudes Aholou (juillet 2018) et Youssouf Fofana (janvier 2020) ont été cédés à l’AS Monaco (Ligue 1) contre respectivement 14 M€ et 15 M€. Le premier est cependant revenu à Strasbourg cette saison, sous la forme d’un prêt avec une option d’achat d’un montant de 3 M€ selon Transfermarkt. Lors du dernier mercato estival, Jonas Martin a été transféré au Stade Rennais contre 4 millions d’euros.

L’une des valeurs marchandes sûres du RC Strasbourg en ce moment est Ludovic Ajorque. Actuel meilleur buteur du RCSA avec 11 buts et 8 passes décisives en 29 matches disputés cette saison en championnat, l’attaquant de 28 ans vaut 15 M€ sur le marché des transferts. Son nom est associé à West Ham en Premier League. La rumeur Mercato Racing Club de Strasbourg dans le sens des arrivées concerne actuellement le défenseur du FC Metz, Thomas Delaine (30 ans). En fin de contrat en juin, il aurait déjà donné son accord au club alsacien pour occuper le poste d’Anthony Caci, en partance pour Mayence dans le championnat allemand (Bundesliga).

Histoire du stade de la Meinau

Le terrain de la Meinau est situé dans le quartier strasbourgeois du même nom, aux bords du Krimmeri, tout comme le centre d’entraînement bâti à côté. C’est l’un des plus anciens stades en France, car il a été ouvert en 1906. Il était dénommé « jardin Haemmerlé » à l’époque, du nom d’un ancien propriétaire. C’est en 1914 que les dirigeants du club sont parvenus à convaincre le propriétaire du jardin Haemmerlé de signer un bail de location. Mais le club alsacien n’en a pas profité longtemps, car la première guerre mondiale a éclaté en août 2014. Après le conflit mondial, la première Tribune de la Meinau de 800 places a été construite en 2021. Et c’est à l’occasion de ces travaux que le jardin Haemmerlé est devenu le stade de la Meinau. Au début des années 1930, le Racing s’est imposé comme la principale équipe de football de la ville, puis de la région.

Parallèlement, la Meinau est aussi devenue l’infrastructure de référence pour jouer et assister au football à Strasbourg. Grâce à l’apport financier d’un grand entrepreneur automobile, Émile Mathis, la Meinau a été agrandie. Ce dernier, qui possédait une usine à quelques kilomètres, avait financé la construction d’une deuxième tribune, également en bois, en face de la première. Inaugurée en 1933, cette tribune debout de 2 000 personnes va jouer un rôle essentiel en rassemblant les supporters les plus enthousiastes pendant près de 50 ans… C’était la première vraie tribune populaire de la Meinau !

La Meinau et le terrain sur lequel il est construit sont la propriété de la ville de Strasbourg. C'est le Racing qui abrite le terrain depuis 1914. Jusqu'en 2002, le terrain est « mis à disposition » gratuitement par la municipalité. Depuis, la ville et le club sont liés par une convention qui fixe le coût de la location du stade. La première convention valable jusqu'en juin 2006 fixe la location à 400 000 euros par saison. En 2008/2009 et 2009/2010, la location s'élève pour le club à 450 000 euros par an. Jusqu'alors effectué en fin de saison, le paiement de cette somme est mensualisé depuis la saison 2009/2010. Outre le loyer, l’équipe locale occupe à sa charge l'entretien de la Meinau estimé à 500 000 euros par an, ainsi que la rémunération des deux concierges du terrain. À la suite des difficultés financières du club engendrées par la descente de l’équipe en National en 2010, la municipalité accepte de réduire le loyer de la Meinau à un montant inférieur à 100 000 euros par an.

En plus d'y disputer ses matchs à domicile en tant que club résident, le RC Strasbourg utilise la Meinau pour d'autres occasions. En début de saison, l'effectif de l’équipe est ainsi présenté officiellement au public lors d'une "journée des supporters" organisée dans le stade. Les grands titres sont célébrés à la Meinau avec les supporters. Le 6 octobre 2006, le Racing avait célébré son centenaire à la Meinau. À cette occasion, le titre de champion de France en 1979 avait été célébré par le public à la Meinau. Un match de gala avait été organisé contre l’OM à la Meinau. En 2016, c'est le seizième plus grand stade de France sur le nombre de places proposées (onzième rang national des terrains de football, puisque Gerland et Chaban-Delmas sont désormais destinés au rugby).

1938 : La Coupe du Monde à la Meinau

À l’occasion de l’organisation du match Pologne-Brésil de la Coupe du Monde organisée en France, la Meinau a subi une rénovation en mai 1938. De nouveaux escaliers ont été installés, les virages ont été rénovés, en plus de la modernisation des vestiaires et l’installation de neuf lignes téléphoniques pour la diffusion en direct de la radio brésilienne.

1951 : La Meinau passe à 30 000 places

Quelques années après la seconde guerre mondiale, la Meinau est passée à 30 000 places après des travaux de rénovation en septembre 1951. Une nouvelle tribune d’honneur de 2 500 places assises a été construite (côté nord), en même temps que l’aménagement de gradins derrière les buts et une nouvelle piste d’athlétisme. Ces travaux ont nécessité de décaler la pelouse de 9 mètres vers la tribune nord et de 12 mètres vers les gradins ouest.

1979 : Place à la modernité à la Meinau

À la fin des années 1970, le renouveau sportif du club et la vétusté du terrain imposaient de lourds travaux, avec une première tranche lancée en avril 1979 et consacrée à la tribune ouest, chargée également d’accueillir les bureaux du club. Les travaux se sont poursuivis en plusieurs tranches jusqu’en 1984, afin de limiter les conséquences sur les matchs. Un terrain moderne voyait alors le jour, unanimement reconnu comme l’un des plus beaux de France et même d’Europe. 26 loges ont été ajoutées à la fin des années 1980, au sommet de la tribune sud pour augmenter les revenus du club.

1984 : Allemands et Portugais s’affrontent à la Meinau

Les résultats sportifs du Racing n’étaient certes pas ceux attendus par les supporters dans les années 80, mais la Meinau a abrité plusieurs événements qui ont fait vibrer le public strasbourgeois. Le championnat d’Europe 1984, avec deux matchs à Strasbourg, dont notamment la rencontre entre la RFA et le Portugal (record d’affluence du terrain le 14 juin 1984, avec 44 766 supporters à la Meinau, dont 20 000 Allemands et 10 000 Portugais). En 1988, à l’occasion du bimillénaire de la ville de Strasbourg, c’est la finale de la coupe d’Europe des vainqueurs de coupes qui s’est déroulée à la Meinau entre deux villes flamandes : Amsterdam et Malines. Dans la journée, 600 cars venus des Pays-Bas et de Belgique, plus 152 de France, avaient convergé vers la Meinau à Strasbourg. L’Équipe de France s’est produite à trois reprises à la Meinau : en 1968 contre la Norvège (0-1), en 1984 contre la RFA (1-0) et en 1996 contre la Finlande (2-0). En 1989, l’Équipe de France de rugby a disputé un test-match contre l’Australie (15-32) à la Meinau.

2019 : Record de 18 matchs à guichets fermés à la Meinau

Au printemps 2001, pour répondre aux nouvelles normes de sécurité, la capacité de l'infrastructure sportive de la Meinau a été réduite à 29 000 places, avec aussi la suppression des grillages et l’installation d’un nouveau système de vidéo-surveillance. Lors du dépôt de bilan de 2011, l’abandon de la Meinau a été un temps évoqué en raison de son coût. Le choix d’y rester a été finalement fait, à juste titre : la Meinau est restée très fréquentée et le public a fortement accompagné le Racing dans son retour au haut niveau dans le championnat de France. La saison 2018/2019 est ainsi marquée par une occupation record à la Meinau, avec 18 matchs de championnat sur 19 à guichets fermés, soit le deuxième taux de fréquentation derrière le PSG. En concertation entre le club et les collectivités territoriales, un projet d’extension-restructuration de l’enceinte strasbourgeoise est désormais enclenché. À terme, en 2025, la capacité de la Meinau sera portée à 32 000 places.

Outre les événements sportifs, des événements extra-sportifs ont également eu lieu à la Meinau, tout près du centre d’entrainement. Le Pape Jean-Paul II avait passé une soirée et une matinée à la Meinau, remplissant à deux reprises le terrain lors de sa venue en Alsace (France) en octobre 1988. Des concerts de Stevie Wonder (1984), U2 (1993), Pink Floyd (1994) et Johnny Hallyday (2003) se sont également déroulés à la Meinau. Pour rappel, les meilleures affluences de la Meinau atteignent les 44 766 spectateurs pour RFA-Portugal (1984) ; 40 000 spectateurs lors de la visite du Pape Jean-Paul II (1988) ; 40 000 spectateurs à l’occasion du concert des Pink Floyd (1994) ; 39 978 spectateurs pour France-RFA (1984) ; 39 446 spectateurs lors du match Ajax-Malines (1988) ou encore 39 033 spectateurs à l’occasion du match RCS-Marseille (1992) à la Meinau.

Le centre d'entraînement rénové

À l’image des équipes professionnelles de Ligue 1, le Racing a un centre d’entraînement occupé par les différentes catégories de jeunes joueurs du club, mais aussi l’équipe professionnelle. Il a été construit à proximité du stade de la Meinau, sous l'impulsion du président Patrick Proisy, et inauguré en octobre 2000. En 2020, des travaux de rénovation ont permis à l’équipe Bleu et Blanc de moderniser les terrains d’entraînement de la Meinau. Les travaux du centre ont duré 5 mois. Le premier entrîinement post-rénovation s’était déroulé le mardi 3 novembre 2020. Pour mémoire, des joueurs comme Cédric Kanté, Yacine Abdessadki, Éric Mouloungui ou Kevin Gameiro, tous formés à Strasbourg, le connaissent bien. Depuis 2016 et le retour du Racing en Ligue 2, son centre de formation et d’entraînement est à nouveau agréé par la Fédération française de football, grâce au statut professionnel retrouvé. Il avait perdu cet agrément lors de la liquidation judiciaire du club.

Les entraînements à la Meinau sont supervisés par le coach du groupe professionnel, Julien Stéphan. Ce dernier a pour adjoint Mathieu Le Scornet et Jean-Marc Kuentz, qui le seconde à l’entraînement. Le technicien de 46 ans est aussi aidé par Stéphane Cassard, entraîneur des gardiens. Les autres membres du staff technique de Julien Stépha sont des habitués du centre d’entraînement et de la Meinau. Rudy Cuni (analyste vidéo), Florian Bailleux et Guillaume Jahier (préparateurs physiques). Quant à Antoine Roth et Lionel Niederhoffer (kinésithérapeutes), les joueurs du RC Strasbourg leur doivent leur grande forme actuelle dans la dernière ligne droite de la saison. Une fin de saison qui pourrait être couronnée d’une qualification en Coupe d’Europe, si l’équipe de Julien Stéphan enchaîne des victoires à Meinau et à l'extérieur dans les dernières journées de la saison.

Les valeurs du Racing Club Strasbourg Alsace

Sur son site internet officiel du Racing, l’équipe logée à la Meinau a mis en avant les valeurs du club. « Depuis des générations, le RC Strasbourg Alsace rassemble les Alsaciens dans une ambiance festive et populaire. Au quotidien, notre objectif est de faire vivre des émotions sportives intenses à nos supporters, avec le souci d’impacter positivement et durablement notre environnement. Cela se traduit par le soutien apporté à Femmes de Foot et ses actions visant à la féminisation du stade et au soutien des plus fragiles. Cela se traduit aussi par le soutien aux marques, prestataires et produits locaux, par l’aide au développement de la pratique sportive ou encore par la défense de l’égalité des chances et l’aide à l’insertion professionnelle. Quatre valeurs fondatrices sont au cœur de l’histoire de l’équipe strasbourgeoise et sont encore aujourd’hui portées par nos joueurs, membres du staff, supporters et salariés administratifs. »

Le Respect : « Au RC Strasbourg, nous plaçons le respect au cœur de nos modes de fonctionnement. Nous considérons avec attention le passé du club, nous vivons le présent et portons nos ambitions futures avec humilité. Nous entretenons des relations de qualité et de proximité avec l’ensemble de nos publics. Nous plaçons l’honnêteté et l’intégrité dans chacune de nos décisions et chacune de nos actions. »

La Résilience : « Porter les couleurs et les valeurs du club, c’est incarner la résilience au quotidien. C’est agir avec énergie et professionnalisme, c’est donner le meilleur de soi pour ne jamais rien regretter. Chacun d’entre nous met son savoir-faire et son savoir-être au service des ambitions du club. Nous savons faire preuve de résilience et nous souder pour affronter les difficultés. Nous ne baissons jamais les bras et redoublons d’efforts lorsque celles-ci se présentent. »

La Passion : « Nous sommes un peuple de passionnés. Nous défendons avec force et vigueur notre identité forte de club alsacien. Nous agissons avec plaisir et enthousiasme pour satisfaire nos pairs. Nous entretenons des relations populaires, sincères et durables avec l’ensemble des passionnés du club basé à la Meinau. »

La Fidélité : « Au quotidien, nous cherchons à faire preuve de fiabilité entre nos mots et nos actions. Nous veillons à faire primer la cohésion et créons les conditions de la réussite en équipe, en nous entraidant et en nous soutenant sans concession, quelles que soient les épreuves que nous traversons. Ensemble, nous plaçons le collectif avant l’individu et nous faisons du partage un réflexe dans nos relations. »