Ligue 1 : Labrune annonce des perspectives pour rehausser la LFP

Vincent Labrune, président de la LFP. Publié par ALEXIS le 08 octobre 2021 à 23:03

La Ligue de Football Professionnel (LFP) veut passer à la vitesse supérieure pour tenter de rattraper ses homologues européens. Vincent Labrune a fait une annonce dans ce sens, ce vendredi, dans L’Équipe.

Ligue 1 : Labrune tient « à la création d’une filiale commerciale de la LFP »

Président de la LFP, Vincent Labrune a évoqué la nécessité de créer une filiale commerciale de la LFP, afin de combler son retard sur les autres Ligues européennes. Il a donné plus de détails sur son plan pour attirer de nouveaux investisseurs vers le football français comme décidé par les clubs professionnels, le 10 décembre dernier à l’Assemblée générale de la LFP. « La création d’une filiale commerciale de la LFP n’est pas une lubie, et encore moins un caprice de quelques actionnaires en mal de liquidités, mais une impérieuse nécessité pour le futur du football professionnel français, qu’il soit de court, moyen ou long terme », a confié l'ancien président de l' OM.

Mais la tâche s’annonce difficile pour la Ligue à en croire son patron. « À court terme, il (le football français, ndlr) est pris dans un étau. Au niveau sportif, il est en effet condamné à obtenir des résultats probants sur la scène européenne pour conserver sa place dans le Top 5 en vue de la réforme la Ligue des champions en 2024 », a expliqué Vincent Labrune, en annonçant une mesure d'urgence : « pour créer les conditions de compétitivité de court terme de notre football, il n’y a pas d’autres solutions que de lever des fonds pour compenser le désavantage compétitif que nous avons sur la période vis-à-vis de nos voisins ».

Les clubs français peuvent-ils retenir leurs joueurs talentueux ?

Et ce n’est pas tout ! Les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 devraient retenir leurs joueurs les plus talentueux et au top, afin d’attirer des diffuseurs. « Il est également dans l’obligation de conserver ses talents, afin de proposer un spectacle attrayant au niveau national pour créer les conditions de la réussite de son prochain appel d’offres de droits télévisés », a-t-il indiqué, tout en rappelant : « dans le même temps, en raison de la défaillance de Mediapro et de la baisse drastique de ses droits sur la période 2020-2024 (663 M€ annuels contre 1,2 milliard initialement prévus), il n’a jamais eu si peu de moyens pour être compétitif en coupe d’Europe et conserver ses meilleurs joueurs dans notre championnat ».





Afficher les commentaires