PSG : Après Mbappé, Al-Khelaïfi obtient une 2e victoire éclatante

Après la prolongation de Kylian Mbappé, Nasser Al-Khelaïfi obtient une autre grande victoire. Publié par JEAN-LUC D le 25 juin 2022 à 09:15

Après avoir réussi à garder Kylian Mbappé, le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi vient de remporter une autre victoire éclatante sur tapis vert.

PSG : Nasser Al-Khelaïfi acquitté dans le FIFAgate !

Une seconde grande victoire pour Nasser Al-Khelaïfi après la prolongation historique de Kylian Mbappé. Vendredi, le président du Paris Saint-Germain a été totalement blanchi en appel par le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone (Suisse), comme il l'avait déjà été en première instance, dans une affaire de droits télés, comme il l’avait déjà été en première instance. L'autre accusé, l'ancien secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke a lui écopé d'une peine de onze mois de prison avec sursis et d'une amende suite à cette affaire dans laquelle il était notamment question de l'attribution des droits des Coupes du monde 2026 et 2030 pour la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Des droits récupérés par le groupe BeIN contre 480 millions de dollars à l'époque. Une nouvelle fois, la justice suisse a donc décidé de donner raison au dirigeant du Paris SG, conforté donc alors qu'une condamnation aurait pu remettre en cause sa place au comité exécutif de l'UEFA vu les statuts de l'instance européenne. Lors de l'audience devant la chambre d'appel en mars, le parquet avait requis 28 mois de prison contre Nasser Al-Khelaïfi ainsi que 35 mois contre Jérôme Valcke, les accusant d'avoir établi un « arrangement corruptif » dans le dos de la FIFA, relevant de la « gestion déloyale. »

Dans ce volet, de loin le plus médiatisé des deux affaires jugées à Bellinzone, l'accusation estimait que Jérôme Valcke avait monnayé son soutien à la chaîne BeIN Media en échange d'une luxueuse villa sur la Côte d'Émeraude sarde, achetée pour lui à 5 millions d'euros fin 2013 par une société brièvement détenue par Al-Khelaïfi. L'ancien secrétaire général de la FIFA avait sollicité l'aide de l’homme d’affaires qatari pour financer la « Villa Bianca », quelques mois avant la signature en avril 2014 d'un contrat entre BeIN Group et l'instance mondiale du football portant sur les droits en Afrique du Nord et au Moyen-Orient des Mondiaux 2026 et 2030, avait rappelé le parquet.

Mais comme en première instance, la cour d'appel a estimé que la FIFA n'avait pas subi de « dommage » - un point juridiquement nécessaire pour établir la gestion déloyale - puisque BeIN Group a signé un contrat très avantageux pour l'instance en déboursant 480 millions de dollars pour les deux éditions, soit 60% de plus que pour les Mondiaux 2018 et 2022, alors que la chaîne était seule en lice.

PSG : La première réaction du clan Al-Khelaïfi après le verdict de la Cour

Au sortir de l'audience, l'avocat de Nasser Al-Khelaïfi, Maître Marc Bonnant, s'est réjoui du verdict prononcé par la justice suisse. « Le verdict d'aujourd'hui est totalement justifié. Après une campagne acharnée de six ans menée par l'accusation, notre client a, une fois de plus, été entièrement et complètement innocenté. Les années d'allégations sans fondement, d'accusations fictives et de calomnies incessantes ont été prouvées comme étant complètement et totalement infondées - deux fois », note l’avocat français. Après avoir réussi à défier le reste du monde dans le dossier Kylian Mbappé, le patron du Paris SG vient ainsi de remporter une seconde victoire tout aussi éclatante.






Afficher les commentaires