FC Nantes : La Beaujoire, une nouvelle enquête contre Kita ?

De nouveaux ennuis pour le président du FC Nantes Publié le 27 novembre 2020 à 01:00

Waldemar Kita a perdu sa crédibilité auprès des supporters du FC Nantes. Une fois de plus, l’association À la Nantaise soupçonne une manœuvre suspecte du président du FCN pour conserver la Beaujoire.

La Beaujoire, prochaine source d’ennuis pour Waldemar Kita ?

Désireux d’offrir des structures modernes au FC Nantes, Waldemar Kita a proposé bon nombre de projets ces dernières années. Toutefois, tous n’ont pas reçu l’assentiment des supporters et des élus de la ville. Il s’agit notamment de la construction du YelloPark, le nouveau stade que souhaitait construire le dirigeant nantais. Débouté dans cette entreprise, le président du FCN doit composer avec l’expiration du contrat d’exploitation de La Beaujoire en juin. Selon But, le patron des Canaris a déjà entamé des discussions avec la métropole pour rempiler son bail. Seulement, les négociations seraient illégales selon Frédéric Allaire, avocat de l’association À la Nantaise. Le représentant de cette frange de supporters réprouve la tenue desdites discussions qui trahit « une approche de gré à gré ».

Kita désavoué par les supporters du FC Nantes

L’avocat de À la Nantaise note l’absence d’un appel d’offres avant le début des négociations entre le FC Nantes et la métropole. « On est dans une situation de fin de contrat d’occupation de domaine publique entre la Métropole et le FCN […] Je n’ai pas vu passer d’appel à manifestation d’intérêt ou d’appel d’offres à quelques huit mois de l’échéance du contrat, ce qui trahit naturellement une approche de gré à gré, qui n’est peut-être pas conforme à l’état du droit d’ailleurs et qui ne manquerait pas d’être interrogé », relève Frédéric Allaire. Une nouvelle révélation dont se serait passé Waldemar Kita. La même association avait déjà invité la mairie à s’intéresser au projet de déménagement de La Jonelière porté par le président du FCN. « On ne sait pas ce que M. Kita a demandé à l’architecte des bâtiments de France pour avoir une fin de non-recevoir sur la réhabilitation de la Jonelière, un site classé. C’est flou », confiait récemment Éric Swidurski, le président de cette association, à Ouest France.





Par Ange A.