FC Nantes : Rachat, Kita met en déroute le Collectif Nantais !

Waldemar Kita, président du FC Nantes. Publié par JEAN-LUC D le 06 septembre 2021 à 12:50

Mené par Mickaël Landreau, le projet de rachat du FC Nantes par le Collectif Nantais verra-t-il le jour ? Réfractaire à l’idée, le président nantais Waldemar Kita est toujours à la barre et l’horizon semble tout dégagé pour lui.

L’adjoint au maire de Nantes répond cash sur la vente du club

Dans son bras de fer avec le Collectif Nantais, Waldemar Kita a obtenu un soutien de taille supplémentaire dans sa quête de pérennité au FC Nantes. Dans une interview accordée à Ouest-France, l’adjoint du maire de Nantes, Ali Rebouh, a fait le point sur la situation des différents clubs sportifs de la Métropole, dont les Canaris.

S’il a confirmé avoir rencontré Phillipe Plantive et Mickaël Landreau pour écouter leur projet et voir quelle était leur vision par rapport au club, l'homme politique a reconnu que « le contexte actuel n’est pas facilitant pour vendre un club ». Poursuivant, il a cité le président de l’AS Saint-Étienne, Roland Romeyer, pour expliquer la situation actuelle du FCN. « Ça me fait penser à cette phrase de Roland Romeyer, "on ne vend pas une épicerie !" C’est la réalité », a indiqué Ali Rebouh.

Nantes métropole aura son mot à dire à Kita

Toutefois, même si Waldemar Kita se décidait à engager un processus de vente, la Métropole va avoir son mot à dire dans le dossier. L’élu en charge du sport au sein de la Métropole et la Ville de Nantes est claire sur le sujet de l’éventuelle vente du FC Nantes.

« Nous, notre marge de manœuvre est extrêmement limitée. On n’est pas à l’abri qu’un fonds de pension ou autre arrive. Si Kita veut vendre à Pierre, Paul, Jacques, c’est son droit, mais la métropole est propriétaire des installations et a son mot à dire. Nous voulons que le club soit ouvert sur le territoire, qu’il s’engage résolument dans le dialogue avec tous les acteurs. Tout le monde y gagnerait à adopter un dialogue plus ouvert. La métropole pèsera en ce sens », assure le vice-président de Nantes Métropole.





Afficher les commentaires