FC Barcelone : pourquoi le club n’arrive pas à recruter ?

Le FC Barcelone va activer un nouveau levier en cédant une partie de Barça Vision, selon Foot Mercato. Cette transaction est symptomatique de la situation du club catalan ces dernières années. Entre une masse salariale élevée et un endettement excessif, la santé financière du Barça ne semble pas s’améliorer. Focus sur ces difficultés handicapantes auxquelles fait face l’une des plus grandes institutions sportives du monde.

Le FC Barcelone en difficultés financières

Activer un nouveau levier, c’est une expression que le FC Barcelone s’est approprié ces dernières années. Le terme « levier économique », dans ce contexte, décrit une action financière entreprise afin d’alléger les restrictions liées à la situation d’endettement du club. Ces leviers représentent des opportunités rentables, mais risquées. Connaissant de très grosses difficultés financières, le Barça n’avait pas hésité à vendre partiellement des actifs pour obtenir des revenus et pouvoir les investir sur le marché des transferts. Dans ce sens, le club catalan avait partiellement cédé ses droits de télévision (de Barça TV notamment) et de licence pour plusieurs années à venir. Une décision qui avait de quoi hypothéquer en partie son futur.

Qu’importe, cela avait permis au club de recruter Jules Koundé, Robert Lewandowski et plus récemment de se faire prêter João Cancelo et João Félix. Mais malgré plusieurs leviers économiques activés, la situation financière du FC Barcelone semble compliqué à comprendre pour les amateurs du football. Les catalans paraissent toujours avoir de grosses difficultés et reste endetté. Voici une analyse de quelques points importants à connaitre pour comprendre la situation.

Une saison compliquée mais rentable

...

Le FC Barcelone a clôturé la saison 2022/2023 avec un bénéfice net de 303,71 millions d’euros. Une augmentation significative de 206,14 millions d’euros par rapport à l’exercice précédent. Au cours de cette saison, le club a entrepris plusieurs initiatives visant à renforcer sa santé financière, notamment en finalisant le financement de l’Espai Barça. Une décision qui lui a permis de maintenir ses indicateurs financiers conformes aux normes recommandées. Pour évaluer l’efficacité d’une institution de football, le ratio entre la totalité de sa masse salariale et ses recettes d’exploitation est l’indicateur le plus utilisé. Plus il est bas, plus il est considéré comme favorable. Concernant le club catalan, ce ratio s’élève à 63 % pour la saison 2022/2023, une valeur assez proche du seuil limite recommandé de 70 % par l’Association européenne des clubs (ECA), mais assez éloignée du seuil d’excellence fixé à 50 %.

Le seuil atteint par les catalans représente quand même une amélioration par rapport à la saison 2021/2022. Affecté par les conséquences du Covid-19, ce ratio s’élevait à 72 %. Pour les exercices 2019/2020 et 2020/2021, les ratios étaient respectivement de 67 % et 96 %. Ces deux années ayant également été impactées par les effets de la pandémie. Cependant, malgré le manque à gagner engendré par la crise sanitaire dans l’activité ordinaire, le défi majeur pour le club reste la masse salariale. En 2022/2023, celle-ci a augmenté de 168,48 millions d’euros pour atteindre 625,72 millions d’euros.

L’augmentation de la masse salariale

En décembre 2020, le FC Barcelone avait conclu un accord avec ses joueurs professionnels et son personnel administratif, réduisant les salaires fixes pour la saison 2020/2021. Ces accords conclus avaient permis de maintenir les salaires en deçà des 500 millions d’euros entre 2019/2020 et 2021/2022. Néanmoins, ce contrat mentionnerait une réduction compensée par une augmentation équivalente de salaire, accumulée et payable sur les saisons contractuelles restantes de chaque signataire. Ceci, combiné à la restructuration de l’équipe première, l’intégration de nouveaux joueurs, ainsi que les paiements dus aux joueurs libérés, explique en grande partie l’augmentation significative de la masse salariale pour la saison 2022/2023.

Mais suite à la baisse des recettes causées par la pandémie, les blaugranas avaient pris des mesures pour renforcer la situation financière de leur club. Le 30 juin 2022 et le 21 juillet 2022, le FC Barcelone a cédé respectivement 10 % et 15 % de ses droits audiovisuels de LaLiga à la société Locksley Invest, dont il détient 49 % des parts de manière directe. Les 51 % restants sont détenus par la société d’investissement américaine Sixth Street Partners. Les recettes générées par cette double vente se chiffrent à 667,49 millions d’euros, réparties entre 267,08 millions d’euros pour la première transaction et 400,41 millions d’euros pour la seconde.

La mobilisation des fonds

Le 29 juillet 2022, la filiale Barça Produccions, détenue à 100 % par le club, a cédé 24,5 % du capital social de sa filiale Bridgeburg Invest à Socios Deportes Services pour 100 millions d’euros. Puis, le 11 août 2022, une transaction similaire a été réalisée entre les blaugranas et Orpheus Media, également pour un montant de 100 millions d’euros et la même participation. À ce moment-là, le FC Barcelone détenait indirectement 100 % des parts de Bridgeburg Invest via sa filiale Barça Produccions. Ces transactions ont réduit la participation du club à 51 % dans Bridgeburg Invest. En conséquence, l’entreprise a été reclassée en tant qu’entreprise associée. Ce reclassement a entraîné un ajustement de la valeur de la filiale, et le Barca a enregistré 208,67 millions d’euros de recettes suite à cette perte de contrôle de la filiale.

Malgré ses efforts, le passif du FC Barcelone, soit la somme de la dette brute, des dettes commerciales, des provisions, des charges à payer et des impôts, s’élevait à 2,78 milliards d’euros. La dette brute du Barça au 30 juin 2023, conformément au plan comptable général, s’élève à 1,87 milliard d’euros, répartie comme suit : 203,96 millions d’euros de dette bancaire, 1,46 milliard d’euros d’obligations et de titres négociables (dont 1,10 milliard pour le financement de l’Espai Barça), et 207,14 millions d’euros de dettes liées aux investissements dans les joueurs.

Une dette qui ne cesse d’augmenter

Cette dette brute a augmenté de 838,57 millions d’euros (soit 81,1 %) par rapport à l’exercice de 2021-2022. Cependant, il est important de souligner que le Barça a remboursé 152,42 millions d’euros de dettes bancaires au cours de l’exercice 2022/2023 et 141,97 millions d’euros d’obligations. Ainsi, au 30 juin 2023, la dette nette du club catalan présentait une valeur positive de 552,09 millions d’euros. La situation exceptionnelle qu’il a traversée au cours de la pandémie biaise d’une certaine manière l’analyse linéaire des finances au cours de ces cinq dernières saisons. Toutefois, la saison 2022/2023 confirme que l’entité présidée par Joan Laporta reste une machine qui génère du cash, comme le montre le niveau atteint par son activité ordinaire dès que les restrictions liées à la covid-19 ont été levées.

Les plus-values réalisées en 2022/2023 et en 2021/2022 suivent la logique de la restructuration financière du club entamée depuis l’arrivée de l’avocat à la présidence. L’activité du Barça sera réduite en 2023/2024 par les travaux de l’Espai Barça, mais le plus important à souligner à est le retour à la normale des plus-values des cessions qui permettront mettre en phase ses performances économiques avec la réalité actuelle de l’industrie du football.