OGC Nice-OM : L'adjoint de Sampaoli risque la prison après son geste

OGC Nice-OM : l'adjoint de Sampaoli risque la prison après son geste Publié par Thomas le 23 août 2021 à 17:25

Les incidents ayant eu lieu pendant la rencontre opposant l’OGC Nice et l’ OM risquent d'engendrer de lourdes conséquences sportives et judiciaires pour les deux clubs de Côte d’Azur. Si de nombreux joueurs sont sous le coup d’une suspension, la sentence pourrait être bien plus grave pour un adjoint de Jorge Sampaoli, qui a carrément mis KO un supporter niçois descendu des tribunes. Ce dernier encourt jusqu’à 7 ans de prison, une décision qui dépendra de l’état de santé du « supporter » dans les prochains jours.

OM : De graves sanctions pour l’adjoint de Sampaoli

Les images font froids dans le dos. En l’espace de cinq minutes, la pelouse de l’Allianz Riviera s’est convertie en un véritable champ de bataille, qui aura eu pour conséquence l’arrêt prématuré de la rencontre avec une victoire par tapis vert des Aiglons. La soirée cauchemardesque vécue ce dimanche soir à Nice, est encore sous le coup des analyses de la part de la LFP comme de la justice française.

Après plusieurs jets de bouteilles dont une qui frappa violemment le dos du milieu offensif de l’ OM Dimitri Payet, de gros échauffourées ont éclaté, rendant la sécurité impuissante et les arbitres dépassés. Entre le début des hostilités et la mise au vestiaire des deux équipes, de graves incidents ont eu lieu de la part des supporters niçois et du camp marseillais (strangulations de Luan Peres et Mattéo Guendouzi, éraflures sur le dos de Dimitri Payet).

C’est une évidence, l’OGC Nice risque de grosses déconvenues suite au débordement de son public, mais les Olympiens risques eux des sanctions bien plus préoccupantes. Si Alvaro est passible de plusieurs matchs de suspensions suite à son dangereux tire vers le public, le cas le plus préoccupant reste celui de l’adjoint de Jorge Sampaoli, dont l’identité n’a toujours pas été clarifiée, qui encourt jusqu’à 7 ans de prison ferme.

Lors des grosses altercations avec la tribune niçoise (dont une partie se trouvait alors sur le bord du terrain), l’intendant phocéen a asséné un coup de poing féroce qui a mis KO un supporter, pouvant lui laisser de graves séquelles par la suite. Si encore aucun diagnostique n’a été communiqué, il se pourrait que la FFF mène une action en justice. Si le Niçois se retrouve dans l’impossibilité de travailler, l’adjoint est alors passible de la prison selon les modalités suivantes : si l’indisponibilité est inférieure à 8 jours, ce dernier encourt une peine maximale de 4 ans de prison, si l’indisponibilité est supérieure à 8 jours, il encourt une peine de 7 ans de prison. Une situation alarmante, qui risque d’impacter l’écosystème marseillais qui semblait radieux ces derniers jours.






Afficher les commentaires