PSG : La Mairie de Paris lâche une nouvelle réponse pour le Parc

Le PSG veut racheter le Parc des Princes ou construire son propre stade. Publié par JEAN-LUC D le 04 décembre 2022 à 18:45

Alors que Nasser Al-Khelaïfi maintient la menace d’un déménagement du PSG, la Mairie de Paris a fait un nouveau point sur la vente du Parc des Princes.

Profitant d’une interview avec le quotidien L’Équipe, Nasser Al-Khelaïfi a confié ce samedi que le Paris Saint-Germain ne s’alignera pas sur les 350 millions d’euros réclamés par la Municipalité de Paris pour le rachat du Parc des Princes, menaçant clairement de déménager dans un autre stade si aucun accord n’est trouvé dans un avenir proche.

« Lui, il parle trop. En face de nous, il nous dit quelque chose et dans le journal sa version est différente. Ça, je ne peux pas l'accepter. S'il y a un problème, on se parle en face. Pas dans le journal. Si j'ai un message, je le fais en direct. S'ils ne veulent pas accepter notre offre, on part. On ne menace pas. On se serre la main, on remercie la Mairie et on se dit au revoir », a confié le président du club de la capitale. Sans trembler, la Mairie de Paris a répondu à l’homme d’affaires qatari.

PSG : La Mairie de Paris insiste sur sa position pour le Parc des Princes

Pointé du doigt par Nasser Al-Khelaïfi dans sa dernière sortie médiatique, Emmanuel Grégoire s’est une nouvelle fois exprimé sur la vente réclamée du Parc des Princes par le Paris Saint-Germain. Et selon l’adjoint d’Anne Hidalgo, la Mairie de Paris privilégie toujours l’option d’un bail longue durée avec l’agrandissement du mythique stade.

« Nous sommes très favorables à l’agrandissement du Parc des Princes, c’est très clairement une option que nous soutenons totalement et nous souhaitons aller le plus vite possible. Le PSG semble faire de l’achat du Parc des Princes une condition sine qua non pour faire l’investissement de mise à niveau », a expliqué Emmanuel Grégoire avant d’ajouter :

« Nous espérons le convaincre, soit de trouver les conditions pour convaincre les domaines et le conseil de Paris que c’est possible, soit de travailler sur un bail emphytéotique suffisamment long pour amortir l’amortissement de l’actionnaire (…) Je n’ai qu’une hâte, c’est qu’on puisse engager ce chantier majeur pour le PSG et donc pour Paris. »

Affaire à suivre...