LOSC : Jonathan David évoque ses difficultés avant Prague

Jonathan David en forme avec le LOSC Publié le 03 décembre 2020 à 07:00

Le Lille OSC reçoit le Sparta Prague ce jeudi pour la 5e journée de Ligue Europa. Jonathan David s’est confié sur son état de forme avant cette affiche européenne.

Jonathan David de retour au top avec le Lille OSC ?

Leader de sa poule, le Lille OSC a l’occasion de valider son ticket pour le prochain tour de la Ligue Europa. Jeudi, le LOSC sera opposé au Sparta Prague à Pierre-Mauroy pour la 5e journée de la C3. À l’aller, les Dogues l’avaient emporté (1-4) sur la pelouse des Tchèques grâce à un triplé de Yusuf Yazici. Pour cette deuxième manche, Lille pourra également compter sur Jonathan David. L’attaquant canadien revient à son meilleur niveau depuis quelques semaines et se sent prêt avant de défier le Sparta. Il a débloqué son compteur but avec le club nordiste lors de la victoire contre le FC Lorient (4-0). « Je voulais marquer à chaque match, j’attendais de pouvoir le faire à chaque fois. J’étais très content d’y être parvenu », a-t-il confié à L’Équipe.

Les raisons de sa mauvaise passe à Lille

Dans sa sortie, Jonathan David a également évoqué ses premiers mois compliqués à Lille. Il a dû attendre trois mois et 14 rencontres avant de débloquer son compteur avec son nouveau club. Pour l’attaquant canadien, il lui fallait du temps pour revenir à son meilleur niveau. Il note également qu’un temps d’adaptation était nécessaire suite à son transfert au LOSC. « J’ai passé tellement de mois sans match et sans entraînement à haute intensité... J’avais pris un peu de poids. Mais maintenant, je me sens bien et je suis en forme […] C’est normal lorsque l’on change de Ligue. C’est comme si on repartait à zéro […] J’ai dû apprendre pour m’améliorer dans le jeu et être bien. Ça m’a pris du temps car c’était tout nouveau pour moi », a indiqué le joueur de 20 ans. Il espère désormais ouvrir son compteur sur la scène européenne. Il compte déjà deux passes décisives en Ligue Europa cette saison.





Par Ange A.