FC Nantes : Kita menace Gourcuff, les joueurs jubilent

FC Nantes : Christian Gourcuff sur un siège éjectable Publié le 05 décembre 2020 à 00:30

La défaite du FC Nantes à Marseille est loin d’avoir dit son dernier. Après la rencontre, Waldemar Kita a lancé un ultimatum à l’entraîneur Christian Gourcuff, pointé du doigt par ses joueurs.

FC Nantes : Christian Gourcuff sommé de gagner

Les résultats en dents de scie du FC Nantes depuis le début de la saison ne sont pas du goût de Waldemar Kita. Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase au point d’agacer profondément le président des Canaris, c’est la cuisante défaite sur la pelouse de l’Orange Vélodrome (3-1, 12e journée de Ligue 1). Selon les informations de David Phelippeau, « après la défaite à Marseille, Kita a tenu un discours mobilisateur et a insisté sur l’importance des deux prochains matchs (Strasbourg et Dijon à la Beaujoire) ». Le journaliste de 20 Minutes a même ajouté : « Ces deux rendez-vous pourraient conditionner l’avenir de Gourcuff. »

Le coach lâché par ses joueurs

Pour ne rien arranger à la situation tendue dans laquelle se trouve actuellement le stratège du FC Nantes, ses joueurs semblent l’avoir vendu auprès du président Waldemar Kita. Toujours d’après le confrère, « certains Canaris s’agaceraient de plus en plus de l’absence de consignes claires tactiques – avant et surtout pendant les matchs – de la part de leur entraîneur ». Les joueurs auraient ainsi condamné leur coach qui ne devrait pas pouvoir prolonger son contrat expirant en juin prochain, même en cas de bons résultats. « Gourcuff sait qu’il n’a plus que six mois à vivre sur un banc de football car il ne prolongera pas », a assuré David Phelippeau.

À signaler que le choc entre le FC Nantes et le RC Strasbourg promet. En effet, l’entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey serait dans la même situation que son homologue nantais. Tous deux sont sommés de gagner leurs prochains matchs au risque de perdre leur poste. Reste à voir qui du Nantais ou du Strasbourgeois sortira vainqueur du duel.





Par JOËL