RC Lens Mercato : Direction l'Espagne pour Cheick Doucouré ?

RC Lens : Cheick Doucouré de Lens à Séville ? Publié par Melvin le 17 mai 2021 à 22:30

Actuel 6e de Ligue 1, le RC Lens peut encore espérer décrocher une qualification à la Ligue Europa Conférence si le club se maintient au classement à l'issue de la dernière journée qui se déroule ce week-end. Outre cette ultime journée qui décidera de son destin européen, le club présidé par Joseph Oughourlian s'active en interne pour préparer le recrutement de la saison prochaine. Auteur d'une superbe saison, les Sangs et Or s'attendent à voir plusieurs joueurs de leur effectif courtisés, voir plier bagage.

RC Lens : le FC Séville fonce sur Cheick Doucouré !

C'est le cas de Cheick Doucouré. Auteur d'une saison pleine avec le maillot du RC Lens, le natif de Bamako se retrouve sans surprise courtisé par plusieurs clubs européens. Dernier en date, le FC Séville. Selon les informations de Peuple Olympien, le club espagnol fait du milieu lensois sa priorité pour le prochain mercato estival. Une belle récompense pour le joueur formé à Lens. De plus, le club andalou est connu pour sa capacité à faire franchir un cap aux jeunes pépites. Jules Koundé a ainsi attiré les plus grands clubs européens et s'est retrouvé aux portes de l'équipe de France. Cheick Doucouré est évalué à 5 millions d'euros selon le site Transfermarkt.

L'OM à l'affût dans le dossier Doucouré !

Outre le FC Séville, l'Olympique de Marseille a fait part de son intérêt pour le milieu de terrain du RC Lens. En effet, les performances du natif de Bamako ne laissent pas insensible le club olympien. À la recherche d'un joueur dans l'entrejeu suite aux futurs départs d'Olivier Ntcham ou encore de Michaël Cuisance qui n'est pas conservé, Paolo Longoria a identifié Cheick Doucouré comme priorité pour le prochain mercato estival. Le club attend au moins 15 millions d'euros pour se séparer de son milieu de terrain. Une somme qui semble plus abordable pour le club espagnol que pour le club phocéen, fragilisé financièrement par la crise sanitaire.





Afficher les commentaires