ASSE Mercato : Ignacio Ramirez, erreur de casting de Puel ?

Ignacio Ramirez (N°9); attaquant de l'ASSE. Publié par ALEXIS le 12 octobre 2021 à 22:11

Ignacio Ramirez (24 ans), la seule recrue estivale de l’ ASSE, a peu de temps de jeu et n’a pas été décisif en 3 matchs disputés en Ligue 1. Denis Balbir se pose des questions sur son transfert et son statut chez les Verts.

ASSE : Balbir, « le faible temps de jeu d'Ignacio Ramirez me semble illogique »

En quête d’un avant-centre décisif, l’ ASSE n’a pas été capable de recruter un grand nom, faute de moyens financiers pendant le mercato estival dernier. La piste prioritaire de l’été, Wajdi Kechrida (parti à Salernitana) a échoué. Claude Puel a dû se contenter d’Ignacio Ramirez en provenance de Liverpool FC de Montevideo (Uruguay). Il a été prêté aux Verts jusqu’à la fin de la saison, en toute fin du mercato dernier.

Le coach de l’AS Saint-Étienne l’a aligné 3 fois et il a été titulaire une seule fois. Il a joué 30 minutes contre le Montpellier HSC (0-2), 66 minutes contre Bordeaux (1-2) et 11 minutes face à l’OGC Nice (0-3), soit 107 minutes de jeu cumulées, pour aucun but et passe décisive. L’attaquant uruguayen est clairement dans une période d’adaptation. « On ne passe pas facilement d’un continent à un autre sans aucune adaptation. Forcément, c’est difficile », a admis Denis Balbir dans son analyse, en exclusivité pour But Football Club.

Toutefois, le consultant de la source a de nombreuses interrogations sur le choix des dirigeants de l’ ASSE et sur le manque de temps de jeu réduit d'Ignacio Ramirez. « Son faible temps de jeu me semble illogique […]. Aujourd’hui, quand on pense à Ignacio, on est dans l’interrogation. C’est compliqué de mettre un joueur en confiance sans l’aligner. S’il n’est pas aligné, c’est qu’il y a de bonnes raisons. S’il y a de bonnes raisons, c’est que les retours sont négatifs à son sujet. Dans ce cas-là, pourquoi l’avoir pris ? Pourquoi Ignacio Ramirez est à l'AS Saint-Étienne ? » s’est-il interrogé.

« Un énorme pari surtout trop risqué voir raté ? »

Selon Denis Blabir, « c’est toujours un grand danger de prendre quelqu’un dans les dernières secondes du mercato, surtout sans l’avoir supervisé ». « Il y a surtout eu un vrai manque d’anticipation. L’excuse des finances, je peux l’entendre, mais qu’on ne vienne pas me dire aujourd’hui qu’en réfléchissant en amont il n’était pas possible de se faire prêter un attaquant qui connaisse la Ligue 1 », a fait remarquer le journaliste, avant de conclure par un constat : « Ignacio Ramirez, c’était un énorme pari et pour l’instant, il paraît surtout trop risqué voir raté… »

TOP 5 des exploits mythiques de l'Equipe de France





Afficher les commentaires