OL-Reims : Huis clos, Aulas attaque la décision de la LFP

Jean-Michel Aulas, président de l'OL. Publié par ALEXIS le 30 novembre 2021 à 13:09

Revenu sur la sanction infligée à l’ OL après l’Olympico, Jean-Michel Aulas confirme un rendez-vous décisif devant le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), ce mardi.

Aulas devant le CNOSF pour annuler le huis clos OL-Reims

Jean-Michel Aulas veut faire lever le huis clos sur le match OL-Stade de Reims de mercredi (21h). Il refuse également l’idée d’un retrait de point à son équipe pour l’incident de l’Olympico du 21 novembre dernier. Surtout que le supporter fautif a été jugé et condamné à 6 mois de prison avec sursis à une interdiction de stade pour une durée de cinq ans. Dans une interview avec L’Équipe, le président de l’Olympique Lyonnais atteste que pour sanctionner des faits, il faut faire la différence entre l'acte individuel isolé d’un supporter et les agissements collectifs tels que l’envahissement de terrain ou la bagarre généralisée.

« La solution, c'est de faire la différence entre les incidents individuels et les incidents collectifs. C'est pour cela que nous allons devant le CNOSF ce mardi (aujourd'hui) à 14 heures. La mesure conservatoire du huis clos contre Reims n'a aucun sens », a déclaré Jean-Michel Aulas. « Quand il y a des émeutes collectives et des envahissements de terrain, il faut des sanctions sportives, qui sont plus crédibles que la fermeture d'un virage. Moi, si on me permet de rejouer ici (au Groupama Stadium) le match contre l'OM, ce qui serait logique, je suis prêt à assumer un sursis en nombre de points et à démontrer qu'il n'y aura aucun incident de ce genre », a rassuré le président des Gones.

L'Olympique Lyonnais « ne veut pas payer pour les autres »

En attendant la décision définitive de la Commission de discipline de la LFP, le 8 décembre prochain, le patron de l’ OL a prévenu : « On ne veut pas payer pour les autres. » En effet, Jean-Michel Aulas estime que le jet de bouteille sur la tête de Dimitri Payet à la 4e minute du choc face à l'OM est bien moins grave que les autres incidents qui se sont produits dans les stades cette saison, lors de Montpellier-OM, OGC Nice-OM ou encore de OM-PSG par exemple.






Afficher les commentaires