ASSE : Un constat terrible tombe à Saint-Etienne après Grenoble

Une statistique terrible vient de tomber pour l' ASSE. Publié par Jules le 04 octobre 2022 à 17:51

Alors que l' ASSE pointe à la 18e place de Ligue 2 au bout de 10 journées, les hommes de Laurent Batlles ont encore beaucoup d'axes d'amélioration.

ASSE : Les Verts, pire défense et meilleure attaque

Après avoir encaissé deux buts face à Grenoble ce samedi à Geoffroy-Guichard, l' ASSE est officiellement devenue la pire défense de Ligue 2 avec pas moins de 19 buts encaissés en seulement 10 rencontres, soit près de 2 buts encaissés par match en moyenne. Un ratio très inquiétant qui montre, s'il fallait des preuves, les lacunes de l'AS Saint-Etienne en ce début de saison.

Un constat particulièrement frustrant pour les supporters de l' ASSE car les Verts ont, en parallèle de cela, la meilleure attaque du championnat de Ligue 2. Un grand écart qui étonne et qui révèle l'inconstance des Verts. Au regard de ces chiffres, on peut regretter les lacunes défensives stéphanoises. S'ils étaient plus rigoureux en défense, nul doute que les Verts pourraient certainement pointer à une bien meilleure place en championnat, bien loin de la zone de relégation dans laquelle ils végètent actuellement.

L' ASSE a eu du mal en défense contre Grenoble.

Les équipes adverses ont de la réussite face à Saint-Etienne

Une autre statistique révèle également le manque d'efficacité de l' ASSE dans sa propre surface, et il s'agit du nombre de buts encaissés par rapport aux tirs concédés par les Verts. En effet, dans ce domaine, l'AS Saint-Etienne affiche un manque de réussite terrible puisqu'ils ont encaissé 19 buts depuis le début de saison, alors qu'ils n'ont concédé que 40 tirs cadrés. Autrement dit, presque un tir cadré de l'équipe adverse sur deux fait trembler les filets stéphanois.

Ce manque de réalisme en défense a été particulièrement visible lors du match nul face à Grenoble (2-2), puisque l' ASSE a encaissé 2 buts en ayant concédé que... 2 tirs cadrés. Autant dire que les Grenoblois ont été ultra-réalistes, à l'inverse des Stéphanois à qui il aura fallu cadrer à 9 reprises pour inscrire le même nombre de buts.