OM - Mercato : Départ de Mitroglou, Payet et Thauvin accusés

Payet et Thauvin à la base du départ de Kostas Mitroglou Publié le 01 février 2019 à 13:12

Kostas Mitroglou s’est en finalement allé à Galatasaray cet hiver après avoir échoué avec l’Olympique de Marseille. Un échec que Grégory Schneider impute à Dimitri Payet et à Florian Thauvin, accusés de n’avoir pas donné de bons ballons au buteur grec.

Kostas Mitroglou privé de bons ballons par Payet et Thauvin

Tous les observateurs sont unanimes pour dire que l’OM a bien fait de se séparer de Kostas Mitroglou, désormais à Galatasaray sur la base d’un prêt de 18 mois. C’est vrai que l’international grec, arrivé en août 2017 pour marquer des buts, n’est jamais parvenu à s’imposer avec la formation marseillaise.

S’il reconnaît que Kostas Mitroglou a effectivement échoué avec l’OM, Grégory Schneider s’est toutefois appliqué à lui trouver des circonstances atténuantes. Pour le journaliste de Libération, c’est plutôt Dimitri Payet et Florian Thauvin qu’il faudrait pointer pour l’échec de l’ancien de Fulham. Ces deux Olympiens n’ont pas fourni de bons ballons à leur désormais ancien coéquipier, qu’on sait être un renard des surfaces.

« Mitroglou est un joueur de surface. Ce genre de joueur a besoin de centres pour briller et à Marseille, il n’a jamais eu de centres. Que ce soit Payet ou Thauvin, dès qu’ils ont le ballon sur un côté, ils repiquent dans l’axe… Il a des qualités précises et des défauts précis. Si vous le prenez, vous devez être en mesure de jouer sur ses qualités. C’est un renard des surfaces, qui coupe les trajectoires, qui est fort en face-à-face », a expliqué le confrère dans des propos rapportés par footradio.com avant d’ajouter : « Mais évidemment, ce n’est pas quelqu’un qui court beaucoup et qui peut faire des différences individuelles. Il a quand même un CV à Benfica qui est le plus gros club portugais, il a brillé à l’Olympiakos. Il y avait vraiment moyen d’en faire quelque chose. »

Une plaidoirie qui arrive trop tard dans un monde trop vieux.

Par JOËL