Angers SCO : Des petits détails pour franchir un vrai palier

Angers SCO : Des petits détails pour franchir un vrai palier Publié le 25 janvier 2021 à 18:45

Angers SCO a enregistré une troisième défaite consécutive sur la pelouse des Girondins de Bordeaux (1-2), après avoir pourtant lancé son année par un superbe succès à Pierre-Mauroy, contre le LOSC. Face au PSG (0-1) et à Bordeaux, les hommes de Stéphane Moulin ont livré des prestations de qualité, mais ils doivent régler des détails pour passer un nouveau cap.

Ligue 1 : Angers SCO s'est sabordé à Bordeaux

"On fait une entame de match catastrophique." Le constat de Stéphane Moulin est clair après la défaite des Angevins au Matmut Atlantique, contre les Girondins de Bordeaux. En encaissant deux buts très tôt dans la rencontre, Angers SCO s'est mis tout seul en difficulté. Malgré la réduction du score avant la pause, le SCO n'est pas parvenu à égaliser. "On a eu le mérite de revenir, on aurait dû au moins égaliser. C’était la moindre des choses", a estimé l'entraîneur scoïste. Pourtant, encore une fois, les joueurs de Moulin n'ont pas à rougir de leur prestation. "Comme souvent, on a pêché dans l’efficacité. Ce n’est pas la première fois qu’on parle de ça. Car la manière dont on s’y est pris, les principes de jeu, sur ce qu’on a développé comme jeu, je n’ai rien à dire car on a été très largement au niveau, on a été au-dessus d’eux sur l’ensemble du match mais à l’arrivée ils sont devant nous au score… Mais dans ce bon contenu, il y a une grosse tache noire."

Cette tache est constituée des petits détails qui font la différence pour Angers SCO. "Je constate simplement qu’entre ce qu’on développe et la manière dont ça se termine en termes de résultats, ces derniers temps, et notamment cet après-midi (ce dimanche), ce n’est pas acceptable, a renchéri Stéphane Moulin. Si on veut progresser, continuer d’avancer, il faut faire mieux dans ces domaines-là." La déception était grande, car le SCO est enthousiasmant ces dernières années, mais veut doit franchir un cap pour devenir plus qu'une équipe de milieu de tableau. Et donc, ne pas rater des occasions comme celle qui s'est présentée à Bordeaux. "On n’était pas en mode « si on gagne, on est sixième ». Pas du tout. Mais on se disait qu’on venait pour faire un résultat et que ça pouvait nous permettre de continuer à être bien. Aujourd’hui, on a trente points, c’est bien, mais on a entamé la deuxième moitié de saison et il faut repartir de plus belle si on veut faire aussi bien qu’en première partie", a jugé le gardien Paul Bernardoni, qui voit son club pointer à la dixième place ce lundi.

L'efficacité, le domaine à améliorer côté angevin

Pour Paul Bernardoni comme pour son entraîneur, Angers SCO doit s'améliorer dans l'efficacité. Il faut faire mieux "sur l’efficacité, mais des deux côtés, parce qu’aujourd’hui ils nous ont pris aussi défensivement", a estimé le gardien angevin. Je ne sais pas si c’est révélateur, mais ça montre qu’aujourd’hui, on n’est pas inférieur à ces équipes-là. C’est positif. On sait que si on veut espérer continuer à bien marcher, comme on le fait depuis le début de saison, ça se joue sur des détails. Aujourd’hui, on a payé cash notre entame de match. On sent qu’on n’est pas loin mais qu’il faut faire attention aux petits détails." Et le SCO va pouvoir un peu souffler après avoir enchaîné Lille, Monaco, Paris et Bordeaux. "Je pense que c’est une chance d’avoir joué Paris pour le premier match. Il y a beaucoup de leçons à en retenir, parce qu’on méritait mieux. Ça montre que, dans le jeu, on est assez intéressant, mais qu’il nous manque le petit détail, la petite réussite qui nous fuit pour le moment. Mais on ne va pas perdre espoir, je pense même que c’est positif parce qu’on sent qu’on n’est pas loin", a conclu Bernardoni. Le gardien et les siens affronteront Nîmes, 19e, dimanche (15h) pour se relancer en Ligue 1, avant un déplacement à Reims et la réception de l'OGC Nice. Trois rencontres pour basculer du bon côté pour Angers SCO.





Par Matthieu