PSG Mercato : 40 M€, Leonardo sur un gros coup en Angleterre

Le PSG sur un coup en Angleterre Publié par Ange A. le 06 décembre 2021 à 06:30

Habitué à frapper des coups en Italie, Leonardo, le directeur sportif du PSG, voudrait enrôler un latéral évoluant en Premier League.

Le PSG sur un joli coup en Premier League

Malgré la signature de Nuno Mendes l’été dernier, le Paris Saint-Germain est encore à la quête d’un nouvel arrière gauche. Avec un Juan Bernat pas encore à niveau après une longue période d’indisponibilité et Layvin Kurzawa plus dans les plans de Mauricio Pochettino, recruter à ce poste est l’une des priorités de la direction du PSG. Grand prospecteur du marché italien, Leonardo pourrait cette fois frapper un coup du côté de l’Angleterre. D’après les informations fournies par The Sun, le directeur sportif parisien s’intéresse à un ancien de la Ligue 1 évoluant en Premier League. Le média anglais révèle un intérêt de Paris pour Rayan Aït-Nouri, actuel sociétaire de Wolverhampton.

Un possible retour en Ligue 1 pour Rayan Aït-Nouri

Le PSG intéressé par Rayan Aït-Nouri

Âgé de 20 ans, Rayan Aït-Nouri est un international U21 tricolore (5 sélections). Il a rejoint les Wolves dans un premier temps dans le cadre d’un prêt. Satisfait de la pige du Bleuet, le club anglais a décidé de le recruter définitivement l’été dernier contre 11 millions d’euros. Depuis, le latéral gauche a disputé 10 rencontres avec Wolverhampton (2 passes décisives) et a vu sa valeur grimper sur le marché des transferts. Le natif de Montreuil, dont le contrat expire en 2026, est désormais coté à 18 millions d’euros sur Transfermarkt. Mais pour le journal, les Wolves réclameraient plus du double de ce montant pour lâcher le joueur formé au SCO Angers. La source révèle en effet que l’actuel 8e de Premier League serait disposé à céder Aït-Nouri contre 40 millions d’euros. Reste maintenant à savoir si le PSG va s’aligner sur ce montant sachant qu’il s’agit également du tarif exigé par le Sporting Lisbonne pour lever l’option d’achat de Nuno Mendes.






Afficher les commentaires