Coupe du Monde : Brésil, Thiago Silva répond à l'entraîneur de la Serbie

Thiago Silva, capitaine du Brésil pour cette Coupe du monde. Publié par Jules le 25 novembre 2022 à 18:55

Hier soir, le Brésil s'est imposé contre la Serbie (2-0) pour leur entrée en lice dans la Coupe du monde. Un sans-faute de la part de la Seleção.

Avant ce premier match de Coupe du monde pour les deux équipes, le sélectionneur de la Serbie avait taclé le système de jeu utilisé par le Brésil. En effet, Dragan Stojković s'était questionné sur la présence de 4 attaquants dans la composition brésilienne, persuadé que la défense de la Seleção ne tiendrait pas le coup et que son équipe se présenterait face à une formation déséquilibrée qui ne pourrait pas tenir 90 minutes.

Manque de chance pour le sélectionneur de la Serbie, le Brésil n'a été que très peu inquiété et a enregistré un très beau clean-sheet, remettant totalement en cause la lecture que l'entraîneur a pu avoir avant la match. En effet, la Seleção s'avançait avec une défense solide, notamment composé du duo Marquinhos-Thiago Silva, qui ont longtemps joué ensemble au PSG et qui se retrouvent durant cette Coupe du monde avec les Auriverde.

Coupe du monde : Thiago Silva veut que l'on respecte le Brésil

Après le match, Thiago Silva, le capitaine du Brésil, est revenu sur les propos du sélectionneur de la Serbie. "Je n’aime pas beaucoup parler, créer des polémiques, mais leur entraîneur a dit : "Ils vont jouer avec quatre attaquants, mais ils mettent qui derrière ?" C’est un manque de respect. On ne demande à personne d’avoir peur de nous. Seulement un peu de respect. S’il avait étudié notre équipe, il aurait vu qu’on encaisse peu de buts."

Cette victoire sans encaisser de but était sans doute la meilleure réponse que le Brésil pouvait apporter dans cette entame de Coupe du monde. Tandis que la Seleção apparaît comme l'un des grands favoris dans ce Mondial, les défenseurs auront forcément un rôle à jouer, d'autant que Neymar, l'un des attaquants phare des Auriverde s'est blessé à la cheville droite contre la Serbie.