Remercié en octobre dernier suite à de mauvais résultats avec le Stade Brestois, Michel Der Zakarian monte au créneau après son éviction.

Le Stade Brestois s'est remis la tête à l'endroit depuis l'arrivée d'Eric Roy il y a quelques semaines. En championnat, les Bretons restent sur une série de 4 matchs sans défaite, dont une victoire 4-0 face à Angers, et un nul à Lyon mercredi dernier (0-0). Grâce à cet enchainement de bonne performance, le SB29 siège actuellement à la 15e place de Ligue 1, avec un point d'avance sur la zone de relégation.

Pourtant, la saison avait bien mal démarré pour le Stade Brestois. Hormis une victoire à Angers le 21 août dernier (3-1), les Finistériens devront attendre jusque fin octobre pour retrouver le goût de la victoire à Clermont (3-1). Entre temps, le SB29 a concédé un nombre de défaite assez important, dont un terrible 7-0 à domicile face au Montpellier HSC. Entraîné par Michel Der Zakarian à cette période, le Stade Brestois occupait la dernière place du classement après 10 journées de Ligue 1.

Une décision radicale a donc été prise en interne, à savoir l'éviction de Michel Der Zakarian au début du mois d'octobre. Une fin d'aventure brutale, et qui n'a pas été bien accueilli par celui qui était sur le banc brestois depuis 1 an et demi.

Stade Brestois : Michel Der Zakarian a encore son éviction en travers de la gorge

Dans une interview accordé à L'Équipe, Michel Der Zakarian est revenu sur son limogeage du Stade Brestois, et ne digère pas encore tout à fait la manière dont l'histoire s'est terminée en octobre dernier : "On aurait pu redresser la barre, qu'il y avait des leviers pour repartir, comme on l'avait la saison d'avant. Et si on avait été plus ambitieux, on aurait même pu terminer dans les dix premiers. Le club a manqué un peu d'ambition".

Derrière, le coach de 59 ans parle de son style de management, qui n'a pas été bien perçue par le vestiaire du Stade Brestois : "C'est visiblement ce qu'il s'est passé. Dans ces cas-là, les joueurs vont voir leur direction, ou l'inverse. Quand il n'y a pas de résultats, les joueurs se réfugient derrière les choix du coach. D'une manière générale, je suis exigeant envers les joueurs, comme avec moi-même, mais j'aurais dû être aussi un peu moins directif avec ce groupe. Je l'ai bousculé, mentalement." Pas sur que le Stade Brestois apprécie grandement les déclarations de son ancien entraîneur.