OM : Après ses insultes à Neymar et Silva, un ancien du PSG massacre Joey Barton

Publié le 13 avril 2013 à 13:18

Le plus anglais des joueurs de l’OM, Joey Barton, s’en était pris au capitaine du PSG Thiago et son compatriote Neymar depuis son compte Twitter. Alors que le calme semble revenu depuis l’injonction faite par le club marseillais au joueur pour qu'il se tienne tranquille, un ancien joueur du PSG revient sur les propos de Barton à qui il ne fait aucun cadeau.

Vikash Dhorasoo, puisque c'est de lui qu'il est question, se charge de « causer » à Joey Barton, dirigeant à ses yeux d'une meute de 2 000 000 de nazes, non de followers. L'ancien joueur du PSG n'y va par en douceur lorsqu'il évoque le milieu marseillais.

Intro :

« Quand on est con, on est con." J'imagine que, dans le vestiaire de l'OM, la chanson de Brassens tourne en boucle. Joey Barton est violent, vulgaire, mais ce gars gère un business. Plus de 2 000 000 de consommateurs potentiels. On les appelle les followers. »

Vikash attaque :

« C'est une nouvelle race de gens accros à leur mobile, leur PC. Des gens addicts à la connerie des autres. Ils squattent un truc qui s'appelle Twitter, un truc de merde où les cons sont rois. Deux millions de nazes suivent un gars à l'affût de l'info, de la vanne, du bon mot, prêts à faire monter la sauce. On appelle ça "faire le buzz".

Alors le bon Joey, pas si con, leur donne à manger et à boire. Joey, triquard du Royaume-Uni, twitte, provoque. Barton a paraît-il un jour été un bon joueur (je vérifierai sur YouTube, mais là, j'ai pas mon iPad blanc). Sans ses tacles à la carotide, le pauvre ne vaut plus grand-chose. The new Joey ne fait plus peur. Après avoir défiguré un partenaire, cassé du bois sur les terrains de la first league, fait de la prison et pris 12 matchs de suspension, Barton a été contraint de s'exiler en France pour continuer à jouer au foot. Le moindre écart lui coûterait sa fin de carrière. Pas si con, Joey ne tacle plus ses adversaires, il les fracasse sur Twitter. Beckham, Neymar, Thatcher, le British dégaine en 140 signes. »

Vous en voulez encore ?? … la suite!

Par Gary SLM

Facebook
Twitter
email
Whatsapp