OM : Vente, terrible confidence de Boudjellal sur Marseille

OM : Mourad Boudjellal pousse pour une vente Publié le 03 décembre 2020 à 06:30

Mourad Boudjellal reste convaincu qu’un nouveau propriétaire va acquérir l’ OM. L’ancien président du RC Toulon l’a encore fait savoir dans un entretien accordé mercredi à Eurosport.

Mourad Boudjellal le confirme, l’ OM sera vendu

Ces derniers jours, le sujet de la vente de l’Olympique de Marseille a de nouveau été remis sur la table. Intéressé par un rachat de l’ OM, Mourad Boudjellal multiplie les sorties à ce sujet. Interrogé par le site spécialisé, l’ancien président du RC Toulon est certain que Franck McCourt finira pas craquer et céder le club phocéen. Il en a donné l’assurance dans un entretien au média en ligne. « L’ OM sera vendu. C’est clair. Je ne vois pas comment McCourt peut s’en sortir. C’est compliqué quand vous avez un stade de 67 000 places, vide. C’est compliqué quand on a budgétisé des droits télés et que le diffuseur ne paie pas […] Donc ce sera vendu », a confié l’entrepreneur.

Pourquoi ça coince pour Boudjellal ?

S’il est certain qu’une vente de l’Olympique de Marseille est inéluctable, Mourad Boudjellal n’est pas sûr de rafler la mise. L’ancien dirigeant de rugby admet qu’il n’y a pas que Mohamed Ajroudi, son associé, qui soit intéressé par un rachat. « On n’est pas seuls », a-t-il confié. Celui-ci révélait déjà à Ouest France que deux autres prétendants avaient déjà adressé des offres à Franck McCourt. Mais aucune d’elles ne semble avoir convaincu le président marseillais qui attendrait « 200 millions d’euros » selon Boudjellal. Outre ces concurrents, l’ancien président du RCT s’inquiète également sur la rentabilité du projet en ces temps de crises (financière et sanitaire). « Le contexte est très compliqué pour tout le monde, oui. Moi ce qui m’interpelle le plus aujourd’hui, ce n’est pas tant l’histoire de Mediapro que de savoir quand on remettra du monde dans les stades. Si l’idée, c’est de jouer pendant des années dans des stades vides, il n’y a pas de modèle économique », a déploré l’homme d’affaires.





Par Ange A.