OM Mercato : Un crack de Ligue 1 dans le viseur pour oublier Harit

L'OM en quête d'un remplaçant à Harit Publié par Ange A. le 19 novembre 2022 à 07:36

Avec la grave blessure d’Amine Harit, l’ OM devrait renforcer ses avant-postes. Marseille lorgnerait ainsi du côté du FC Lorient.

Bien que quatrième de Ligue 1 à la trêve, l’Olympique de Marseille reste un sérieux candidat pour une qualification en Ligue des champions. Seulement, l’ OM a enregistré un énorme coup dur lors de son succès de prestige contre l’AS Monaco lors de la dernière journée. Le club provençal va devoir terminer la saison sans Amine Harit. Le milieu offensif marocain a été victime d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche. Convoqué pour le Mondial, le milieu de 25 ans est forfait et ne devrait plus rejouer cette saison. Un énorme coup dur pour le club olympien qui entend compenser cette perte autant que le futur départ de Gerson à Flamengo. Pour la succession d’Harit, Marseille aurait coché le nom de Ludovic Blas. Outre le maître à jouer du FC Nantes, un autre crack du championnat serait sur la short-list des recruteurs marseillais.

OM Mercato : Un joueur de Lorient dans le viseur de Marseille

Enzo Le Fée convoité par Marseille

Les performances d’Enzo Le Fée avec le FC Lorient cette saison n’auraient pas également échappé aux Olympiens. Le milieu offensif de 22 ans a inscrit deux buts et délivré trois passes en 15 matchs de Ligue 1 cette saison. Encore sous contrat jusqu’en 2024 avec son club formateur, le milieu est coté à 12 millions d’euros sur Transfermarkt. Outre Marseille, le LOSC et l’OGC Nice suivraient aussi Le Fée.

Reste maintenant à savoir si les Merlus sont disposés à céder leur meneur de jeu à qu’il ne restera plus qu’une seule année de contrat au terme de la saison. Surtout que le club Morbihan réalise jusqu’ici un début de saison surprise avec sa 5e place en championnat. Enzo Le Fée est un titulaire indiscutable à Lorient. Il a débuté tous les matchs du FCL. Un départ en cours de saison pourrait affecter les performances des Merlus. À moins que ces derniers souhaitent se consoler avec un joli chèque.