ITW - PSG / Valentin Fletcher : "Cavani ne ferait rien qui puisse lui porter préjudice."

Introuvable lors de la préparation hivernale du PSG cette semaine à Marrakech, Edinson Cavani était resté auprès des siens en Uruguay. Pour ses proches, le joueur avait obtenu un accord de ses dirigeants pour ces vacances prolongées, sauf qu'au sein du club, c'est un autre son de cloche qui résonne, et l'Uruguayen est attendu de pied ferme demain à Paris, où il pourrait se voir sanctionner par Laurent Blanc et par la direction.

Contacté par Foot-sur7, Valentin Fletcher est un journaliste de Salto, ville de naissance de Luis Suárez, mais aussi d'Edinson Cavani, qui y passe la plupart de son temps libre. Spécialiste du football uruguayen, il suit avec attention les performances de ses illustres compatriotes. A ses yeux, Cavani n'a pas enfreint les règles en restant en vacances, et si faute il y a, alors celle-ci est involontaire. Entretien.

Quelle est la raison de l'absence d'Edinson Cavani pour le stage du PSG au Maroc ?

Valentin Fletcher : "Il n'y a rien de sûr. Selon moi, il a obtenu le droit, comme Lavezzi, de passer plus de temps auprès de sa famille. Pour Cavani, c'est un point essentiel, surtout d'être auprès de ses fils. Je pense que cela a un impact psychologique très important pour lui."

Pourtant, le PSG, par la voix de Laurent Blanc, a annoncé que des sanctions pourraient être prises contre lui, puisqu'il était attendu pour le 28 décembre à Marrakech, comme tous les sud-américains, soit un jour après le reste de l'effectif.

Valentin Fletcher : "Cela fait neuf jours que Cavani est à Salto, à chaque fois qu'il a des congés, il vient ici. Dans ce contexte, j'estime qu'après avoir évalué la situation, il a peut-être cru que la sanction valait la peine de rester ici. Ceci dit, c'est une personne intelligente qui n'aurait jamais rien fait qui lui porte préjudice. Mais tel que je le connais, il a pu avoir au préalable une discussion avec le club pour les tenir informés en premier."

cavani-home

Comment expliquez-vous qu'il y ait une telle différence entre le Cavani du PSG et le joueur qu'il était à Naples ?

Valentin Fletcher : "A Naples, la tactique de l'équipe était basée sur son jeu, Cavani était la star qui jouait en vrai numéro 9, et le reste de l'équipe lui était complémentaire. Au PSG, il se trouve dans une équipe de stars, où le chef est Ibrahimovic, donc Cavani doit s'habituer à accomplir d'autres fonctions, une chose difficile pour un attaquant qui a pour habitude de marquer des buts. Il est dans le même cas de figure en Uruguay quand l'équipe (nationale, ndlr) joue pour Suarez. Il fait de bonnes prestations, mais ne marque pas."

Malgré tout, il finira bien la saison avec le PSG ?

Valentin Fletcher : "Il ne partira pas cet hiver. Mais à la fin de la saison, il y a de fortes chances qu'il cherche à s'en aller, soit en Angleterre, soit en Espagne."

On parle souvent d'un Cavani solitaire et isolé du groupe. a-t-il toujours le soutien de ses coéquipiers ?

Valentin Fletcher : "Cavani est une très bonne personne, et dans chaque équipe où il est passé, il a été apprécié par ses partenaires. Je n'ai aucun doute sur le fait que ses partenaires tenteront de le convaincre de rester à Paris."

Alors qu'il devrait reprendre l'entraînement demain au Camp des Loges, l'Uruguayen, au même titre qu'Ezequiel Lavezzi, pourrait être la première victime du nouveau tour de vis voulu par Laurent Blanc. Dans la gestion de ce premier couac de l'année 2015, l'entraîneur du Paris Saint-Germain bénéficie du soutien du président Nasser Al-Khelaïfi, qui a donné carte blanche au coach dans l'éventualité de sanctions, qui apparaissent aujourd'hui comme inévitables.

Propos recueillis par Hakim Maludi