Euro 2024 : Le plan anti-Mbappé de l’Espagne dévoilé

L’Espagne affronte la France ce mardi en demi-finale de l’Euro 2024. La Roja, qui a fait une compétition impeccable jusqu’ici, veut continuer sur sa lancée. Mais les Espagnols se méfient de Kylian Mbappé. Malgré sa méforme actuelle, l’attaquant français reste la principale menace pour le groupe de Luis de la Fuente, qui a déjà un plan pour le museler.

Duel à venir entre la France et l’Espagne

Depuis le début de l’Euro, elle est la principale attraction du tournoi. Avec son football spectaculaire, l’Espagne est sur son petit nuage. La Roja a remporté ses trois matchs de poules sans encaisser, battu la Géorgie en huitièmes de finales et montré ses compétences mentales face à l’Allemagne en quarts de finale. Alors que l’équipe menait 1 à 0, elle verra les allemands égaliser à quelques minutes de la fin du temps réglementaire.

La sélection espagnole s’est vue parfois être bousculés par une Mannschaft intéressante dans le jeu, les Ibériques s’en sortiront en prolongations grâce à une tête héroïque de Mikel Merino. Ainsi qualifiée pour le dernier carré du tournoi continental, l’Espagne va devoir faire face à un adversaire tenace et qui n’encaisse pas beaucoup de buts en demi-finale : l’équipe de France.

La sélection française est surement l’un des groupes les plus décevants du tournoi. Les Bleus, avec l’un des meilleurs effectifs sur le papier, ont été incapable de marquer un but dans le jeu.

Malgré cela, ils restent un adversaire redoutable qui a sorti la Belgique et le Portugal pour se hisser en demi-finale. Mais face aux ibériques, les français devront drastiquement élever leur niveau de jeu s’ils veulent avoir une chance de se qualifier en finale. Les hommes de Didier Deschamps devront montrer de nouvelles choses face à une Espagne qui n’a de cesse de faire bonne impression au gré des rencontres. Cet avertissement vaut aussi pour Kylian Mbappé. Nouveau joueur du Real Madrid, le capitaine des Bleus n’a inscrit qu’un but, sur penalty, dans le tournoi et a souvent paru dépassé dans le jeu.

Le niveau inquiétant de Mbappé

...

Son niveau actuel n’est celui auquel les amateurs de football s’attendaient. Arrivé au rassemblement de l’équipe de française après une fin de parcours difficile avec le PSG, puisqu’il a enchainé les prestations en demi-teinte et les apparitions sur le banc de touche, le capitaine des Bleus pensait être débarrassé de ses problèmes sur le terrain une fois son transfert annoncé au Real Madrid. Mais finalement, depuis le début de la compétition, Mbappé n’y arrive pas. Le natif de Bondy affiche un niveau assez inquiétant et même son attitude n’est pas exempt de tout reproche : on peut penser à l’insulte contre Robert Lewandowski face à la Pologne, ou le tête contre tête avec Jan Vertonghen contre la Belgique lundi.

En deux participations à l’Euro, Mbappé n’a marqué qu’un seul but. Alors que tout le jeu de l’équipe de France passe par lui, il affiche des statistiques peu glorieuses. Un but inscrit sur 13 tirs tentés dans la surface, mais surtout 61 % de réussite dans les dribbles, et 60 % de duels gagnés. Un bilan bien décevant de la part du numéro 10. Mais il n’en reste pas moins redouté et semble effectivement encore susciter de la crainte chez ses adversaires. C’est le cas de l’Espagne, en vue de la demi-finale de l’Euro 2024 mardi à Munich. Auprès du quotidien AS, le sélectionneur de la Roja Luis de la Fuente a été interrogé sur un potentiel plan pour museler le futur joueur du Real Madrid. 

Comment stopper Kylian Mbappé ?

Interrogé sur la possible mise en place d’un plan Mbappé, le tacticien de 63 ans s’est expliqué sur son idée pour contrecarrer les plans de l’ancien Parisien : « brièvement, je dirais qu’avec des joueurs avec ces caractéristiques, qui débordent autant, comme Dembélé, les aides vont être importantes. C’est la seule façon, en plus, de maintenir l’équilibre. (…) L’autre jour, je disais à Lamine (Yamal, ndlr) que dans ce processus que nous évoquions, s’il a trois joueurs sur lui, il y a forcément une zone du terrain où on est en supériorité numérique. Il faudra emmener le ballon dans ces zones, et pas avec le ballon dans les pieds. Il faut le faire en le faisant circuler rapidement. Ça aussi, c’est savoir interpréter les matchs. Pour ça, il faudra des aides, mais aussi être attentifs aux autres zones du terrain. »

Avec leur jeu de possession et des défenseurs toujours haut, les Espagnols savent qu’ils risquent de s’exposer face à une France qui a l’habitude de se montrer létal en contre-attaque. Une crainte partagée par le sélectionneur de la Roja : « c’est vrai que quand on a des joueurs aussi rapides, qui font autant de transitions, c’est vrai qu’on prend des risques. Avec une équipe déployée, plus exposée, les contre-attaques peuvent être fatales. Nous pouvons également améliorer cela. Vous ne pouvez pas toujours jouer à cent à l’heure. Ce n’est pas un de mes slogans, mais la vitesse et la puissance sans contrôle sont inutiles. Il faut maîtriser la vitesse, le contrôle du jeu… C’est génial et ce sont des footballeurs fantastiques, mais parfois, il faut ralentir. » Un plan qui va vite devoir être peaufiné avant un France-Espagne alléchant ce mardi à 21 h.