OM : On se tire dans les pattes avant le classico contre le PSG

L'Olympique de Marseille arrive à Paris où il va affronter le PSG ce week-end en match de la 26eme journée de Ligue 1. Alors que ce rendez-vous important approche, l'Ambiance à Marseille devient de plus en plus mauvaise.

Après la publication du rapport de la mise sur écoute téléphonique par la police de José Anigo, l'ambiance au club s'est fortement détériorée. Pape Diouf qu'Anigo accusait d'avoir fait des bizarreries financières, notamment après le transfert de Samir Nasri, a réagi dans une publication du Phocéen.

L'ancien président marseillais a déclaré : "Quand j'ai entendu commenter les propos du directeur sportif de l'OM, j'ai été, non pas surpris, par ce tissu de mensonges, d'insanités, de saloperies, parce que cela ressemble peut-être à l'homme, mais il était quand même bon que je puisse apporter deux trois précisions.

D'abord, concernant Nasri, il faut savoir que lorsque nous avons fait son contrat, alors que nous pouvions être victimes de l'arrêt Webster qui pouvait voir le joueur partir pour une toute petite indemnité de compensation, il fallait jouer au plus serré pour le retenir. Mais la transaction de l'OM à Arsenal a été faîte complètement sous l'aval du conseil de surveillance, dont le président était le président actuel de l'Olympique de Marseille. Donc s’il y a faute, elle est collective. Mais je tiens à dire qu'il n'y en a pas, ni sur le plan de la légalité, ni sur le plan de la moralité.

Ensuite, vu la manière dont j'ai quitté le club, avec la virulence de tous ceux qui ont voulu me faire partir. Si depuis lors, ils avaient trouvé une petite virgule mal placée dans ma gestion, croyez-moi, ces choses-là auraient été portées sur la place publique où je pense qu'ils m'auraient immolé. Mais ils n'ont jamais rien pu trouver. Tout simplement parce qu'avec Julien Fournier, nous avons mis un point d'honneur à ne jouer que pour l'intérêt de l'OM et toujours dans la transparence et la légalité.

Je peux ajouter que je suis parti alors que les caisses étaient pleines. Qu'aujourd'hui on me dise qu'il n'y a plus beaucoup d'argent dans le club, je m’interroge : où est passé cet argent-là ? Donc je crois qu'il y a matière pour certains à se taire plutôt que de se manifester.

Concernant le directeur sportif de l'OM, je peux vous dire une chose : il n'ose pas dire ce qu'il dit sur un procès verbal. Sur des écoutes évidemment on fait le beau, avec son interlocuteur, et ils ont pu parler de nous, avec Julien Fournier. Mais nous on peut se regarder dans une glace.

Pour terminer, je dirais la chose suivante : je ne suis pas comme ceux qui, lorsqu'il voit leur nom cité dans une affaire, s'en remettent à la justice. Moi, je n'ai peur ni d'un procureur, ni d'un juge d'instruction, ni d'un policier ou d'un gendarme. Dans cette affaire-là, ils peuvent mener les enquêtes qu'ils veulent, ils ne trouveront pas la moindre trace d'un début d'une malversation. Parce que je suis un homme libre, qui s'emploie partout où il est à dire ce qu'il pense. Alors que quelqu'un qui sait qu'il y a dans ses armoires quelque chose qu'il n'a pas envie que l'on découvre, il ne parle pas".


Par Gary SLM
Publié le 23 février 2013 à 09:30 | mis à jour le 23 février 2013 à 09:30

Facebook
Twitter
email
Whatsapp